1. / Se soigner
  2. / Acupuncture

Faut-il classer l'acupuncture dans les "fake medecine" ?

L’acupuncture a été le sujet de dizaines de milliers d’études scientifiques depuis 50 ans. Les effets de cette pratique dépassent-ils ceux attribuables à la simple prise en charge bienveillante du praticien, ou s'agit-il – comme certains l'affirment – d'un "placebo optimisé" ?

Rédigé le

Faut-il classer l'acupuncture dans les "fake medecine" ?

Mi-mars, 124 médecins ont signé dans le Figaro une tribune dénonçant un certain nombre de thérapies tolérées dans le monde médical français, en dépit d'accablantes preuves de leur inefficacité. L'une des pratiques présentées sous ce jour peu reluisant était l'acupuncture… suscitant l’incompréhension de nombreux adeptes de cette pratique.

Depuis une cinquantaine d’année, on recense en effet plus de 20.000 publications sur le sujet dans la littérature médicale internationale. L’occident a prêté une attention particulière à cette pratique lorsque celle-ci a été remise au goût du jour par le régime maoïste, au côté d’autres thérapies longtemps tombées en désuétude.

"Cette médecine « à la chinoise » qui faisait son come back a piqué la curiosité de nombreux médecins nord-américains", commente Florian Gouthière, journaliste scientifique. "Ces praticiens occidentaux sont venus en délégations en République Populaire de Chine. Certains ont été conviés à assister à des opérations chirurgicales entièrement mises en scène par les autorités, comme à Shanghaï, où on leur fit croire que l'acupuncture permettait de réaliser des interventions à cœur ouvert en se dispensant d'anesthésie…"

Différencer satisfaction et efficacité

Des essais sont rapidement menés afin d’évaluer la réaction des patients aux protocoles rapportés de Chine. "En médecine, on est très pragmatique. Si il y a un effet, on en tire profit ! On élucide les mécanismes après", résume Florian Gouthière.

Si la satisfaction des patients est indéniablement au rendez-vous, les premiers essais ne parviennent pas à répondre à une question fondamentale : les patients vont-ils mieux grâce à la thérapie, ou leur état évolue-t-il favorablement essentiellement par la vertu d’une prise en charge bienveillante des praticiens, selon l’un des principes centraux de l’"effet placebo" ?

Voir également : Médecines alternatives : plus qu'un placebo ?

Des aiguilles télescopiques pour simuler l'acupuncture

De nombreuses stratégies ont été mises en place au fil des décennies pour élucider cette question. Les chercheurs ont rivalisé d’imagination pour créer un "simulacre d’acupuncture", permettant de réaliser des essais cliniques semblables à ceux menés avec les médicaments, qui sont comparés avec des comprimés « placebo ». Parmi les derniers dispositifs imaginés par les scientifiques : des aiguilles rétractables, qui produisent une sensation de piqûre sans pour autant s’enfoncer dans la peau du patient. Idéal pour évaluer les bénéfices propres de la thérapie.

Ces dernières années, de très nombreuses synthèses d’études ont été réalisées par des organismes indépendants, telle la collaboration Cochrane, réputée à l’origine des méta-analyses les exhaustives et les plus rigoureuses. Verdict : pour l’essentiel des pathologies étudiées, l’acupuncture simulée est parfaitement équivalente à l’acupuncture traditionnelle. "En revanche, ces pratiques sont clairement plus efficaces qu’une absence de prise en charge", constate Florian Gouthière. "On parle d’une réduction de la douleur de l’ordre de 20%. Le rituel, où que l’on pique, soulage !"

Des effets explicables sans méridiens ni énergies...

Selon certains travaux, un effet réel, même si cliniquement négligeable, pourrait exister à l’insertion d’aiguilles à faible profondeur dans l’épiderme. "Mais le mécanisme qui serait en jeu, observé chez la souris, est indépendant de l’endroit où l’on pique, et donc sans lien avec les « méridiens » dépeints par les acupuncteurs", insiste le journaliste scientifique. "Ces travaux suggèrent que suite à l’insertion des aiguilles, une réaction inflammatoire légère survient. Des peptides et des opioïdes sont sécrétées pour que cette petite agression soit traitée discrètement." Ces résultats restent à cette heure spéculatifs chez l’homme.

"Certains auteurs décrivent l’acupuncture comme un « placebo optimisé »", conclut Florian Gouthière. "Les bénéfices de la prise en charge bienveillante sont indéniables. Mais il est important de rappeler que les preuves accumulées depuis un demi-siècle réfutent les principes « énergétiques » sur lesquels reposent officiellement la pratique. En véhiculant une vision erronée du fonctionnement du corps humain, elle peut amener les patients à considérer légitimes d’autres discours pseudo-scientifiques également fondés sur l’imaginaire énergétique. Le risque est alors que le malade se détourne de pratiques à l’efficacité éprouvée."

Le détail des études présentées dans cette chronique peut être consultées sur le blog de Florian Gouthière.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Sponsorisé par Ligatus