À Marseille, la lutte contre l’invasion des punaises de lit

La cité phocéenne et ses 900 000 habitants ne sont pas épargnés par le fléau national des punaises de lit. Un collectif tente de le faire reconnaître comme un enjeu de santé publique.

Hejer Tliha
Rédigé le , mis à jour le

Elles sont microscopiques mais très invasives. Les punaises de lit s’invitent partout en France à domicile, mais aussi sur les lieux de travail, comme à Marseille. 

“Ça se diffuse parmi les salariés et les conséquences sont graves (...) Pour l’instant, on a eu trois cas dont un qui a été vraiment difficile à régler et qui a mis en grande difficulté la salariée, qui a fait un début de dépression” explique Jean-Marc Thonnat, directeur d'un centre d’accueil de jour pour populations précaires. 

Des troubles psychologiques fréquents

Pour certains médecins, ces situations dramatiques qui ne sont pas reconnues par les pouvoirs publics représentent un coût pour le système de santé. “Il y a énormément de troubles psychologiques qui sont liés à cette question avec beaucoup de troubles anxieux, beaucoup d’insomnies, beaucoup de dépressions et tout ça, c’est un poids économique” explique le Docteur Karim Khelfaoui, médecin généraliste. Il milite pour une meilleure formation qui viserait à améliorer le diagnostic précoce d’une invasion aux punaises de lit.  

Entre 400 à 1500 euros l'intervention

Surtout que pour s’en débarrasser définitivement, il faut payer cher. Entre 400 et 1500 euros l’intervention, sachant qu’il faut au minimum deux interventions pour venir à bout des parasites. 

Ces procédures peuvent donc aussi peser sur la santé mentale. Alors l’InterCollectif “Punaises de Lit” se bat pour ne pas laisser les habitants de Marseille régler la note mais surtout, faire reconnaître ce fléau comme une problématique de santé publique.