1. / Maladies
  2. / Peau
  3. / Herpès

Tout, tout, tout, vous saurez tout sur l'herpès

À l’occasion de la journée nationale contre l’herpès, Allodocteurs.fr fait le point sur les idées reçues qui circulent sur cette maladie très répandue.

Rédigé le

Tout, tout, tout, vous saurez tout sur l'herpès
90% de la population sont porteurs d'anticorps anti-herpès © leonardodasilva on VisualHunt.com
  • "On a de l’herpès à vie" : VRAI

Même si l'herpès guérit, les virus, eux, ne disparaissent pas de l'organisme. Ils rejoignent le ganglion nerveux correspondant à la zone infectée, en remontant le long des nerfs sensitifs. Ils persistent à vie dans ces ganglions. À chaque période de stress ou de fatigue, les virus ressortent du ganglion et regagnent la peau : l'herpès réapparaît.

  • "On peut se contaminer soi-même" : VRAI

Une personne qui touche son bouton de fièvre puis son œil ou son sexe peut s'auto-contaminer. Il est donc impératif de se laver les mains après avoir touché une zone contaminée, ou après avoir appliqué une crème antivirale.

  • "L’herpès labial peut avoir des conséquences graves" : GÉNÉRALEMENT FAUX-

Au bout de quelque temps, les vésicules laissent place à des plaies souvent douloureuses (brûlures), puis sèchent assez rapidement pour former des croûtes qui disparaissent en plusieurs jours. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) précise néanmoins que "les personnes atteintes de symptômes de l'herpès oro-labial peuvent faire face à la stigmatisation sociale, et peuvent éprouver de la détresse psychologique". Elle note en outre que "chez les personnes ayant un système immunitaire faible, tels que ceux présentant une infection avancée au VIH, les symptômes du HSV-1 peuvent être plus graves, et les récidives plus fréquentes." Dans de rares cas enfin, le HSV-1 peut entraîner une encéphalite ou une maladie oculaire.

  • "L’herpès labial peut entraîner un herpès génital" : VRAI

"En cas d'herpès buccal, il ne faut pas faire de sexe oral. On peut avoir un rapport vaginal, à condition de ne pas mettre la bouche. Le virus de l'herpès buccal peut se transmettre génitalement et vice versa", explique le Pr Michel Janier, dermatologue vénérologue.

  • "L’herpès labial est dangereux pendant la grossesse" : VRAI

"Globalement, tout herpès, au moment de l’accouchement, peut être transmis au bébé. En revanche, si une femme fait de l’herpès au cours de sa grossesse, ça ne pose pas de problème, sauf au cours du dernier mois, où il faut être très prudent et lui donner éventuellement un traitement si elle a des lésions ou un herpès qui revient souvent", note le Pr. Michel Janier.

La contamination du fœtus est appelée herpès néonatal. Ses conséquences sont lourdes : atteinte du système nerveux, des yeux, lésions de la peau ou des muqueuses.

  • "En 2018, on peut se vacciner contre l’herpès" : FAUX

Pas encore… En juillet 2018 néanmoins, une équipe de virologues de l’Université de Louisiane a annoncé avoir testé avec succès le premier vaccin contre l’herpès sur l’animal. Ses effets seraient préventifs et curatifs. Les essais cliniques humains pourraient débuter bientôt.

  • "On peut soigner l’herpès labial avec des antibiotiques" : FAUX

C’est un virus, il se soigne donc avec des traitements antiviraux.

  • "Le soleil favorise la cicatrisation de l’herpès labial" : FAUX

Bien au contraire ! Le soleil favorise la poussée. Pour vous en protéger, utilisez un baume antisolaire.

  • "L’herpès labial n’est pas contagieux" : FAUX

Le virus de l’herpès labial se transmet par contact avec la lésion, avec la salive, ou par l’intermédiaire de doigts ou d’objets ayant touché la lésion. "Il s'agit d'une contamination interhumaine, donc d'une personne infectée à une autre non-infectée. Le virus passe directement de l'une à l'autre", souligne le Pr. Michel Janier.

"Il est possible de l'attraper sans le savoir : quand on a fait une primo-infection herpétique, on ne va pas forcément faire des récidives d'herpès. Peut-être que vous êtes contaminé quand même, mais par chance, vous n'avez pas de récurrence", précise le Pr. Gérard Lorette, dermatologue.

  • "Dès les premiers signes, on doit traiter l’herpès labial" : VRAI

Dès les premiers picotements, il faut administrer un traitement antiviral.

  • "L’herpès labial apparaît parfois avec de la fièvre" : VRAI

Fièvre, maux de tête et fatigue peuvent accompagner la poussée.

  • "Des remèdes de grand-mère existent contre l’herpès labial" : FAUX

Oubliez toutes les "recettes miracles" que l'"on a pu vous donner… Ail, vinaigre ou glaçons n’empêcheront jamais un "bouton de fièvre" de sortir.

  • "On peut être porteur du virus sans avoir de boutons" : VRAI

Ce n’est pas parce que l'on est porteur que l'on développera un "bouton de fièvre" : 80% des enfants de moins de 5 ans et 90% de la population sont porteurs d'anticorps anti-herpès de type 1 (HPV1), ce qui signifie qu'ils ont déjà été en contact avec le virus (caché dans les ganglions) ; la plupart ne feront pas de crise.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Sponsorisé par Ligatus