1. / Maladies
  2. / Maladies rares
  3. / Syndrome de fatigue chronique

Comment expliquer une fatigue au réveil ?

Je dors en moyenne huit heures par nuit et pourtant chaque matin je me réveille exténuée. Que faire ?

Rédigé le , mis à jour le

Comment expliquer une fatigue au réveil ?

Les réponses avec le Pr Jean-Dominique de Korwin, interniste, et avec le Dr Philippe Zerr, médecin généraliste :

"La fatigue est une plainte fréquente en médecine générale. La fatigue est une plainte qu'il faut écouter. Il faut écouter ces patients. Si vous êtes fatigué, c'est que vous avez quelque chose à exprimer. On a alors toute une démarche à faire, une réflexion à mener, rechercher des pathologies chroniques, rechercher un syndrome dépressif. Il faut essayer de comprendre pourquoi on est fatigué. Si on donne du temps au patient, on arrive à trouver des solutions."

"La fatigue au réveil peut signifier que le sommeil n'est pas réparateur. Et c'est un élément essentiel pour engager un bilan. Le sommeil n'est pas récupérateur, la fatigue n'est apparemment pas améliorée par le repos. Il peut y avoir une dette de sommeil, il y a des différences importantes de durée de sommeil d'une personne à l'autre. Cette personne qui doit normalement dormir neuf ou dix heures ne dort que huit heures depuis longtemps. C'est une enquête qu'il faut faire et si ce n'est pas le cas, si cette personne dort comme d'habitude et qu'elle n'est pas reposée, il faut engager un bilan. On peut alors trouver des causes diverses, des causes fonctionnelles, des causes organiques, des causes psychologiques ou psychiatriques.

"Dans le cadre du bilan de fatigue, il y a une place importante pour le dépistage des troubles du sommeil et un des éléments importants, c'est la somnolence diurne, c'est-à-dire la perte de vigilance pendant la journée."

"La fatigue matinale est plutôt d'ordre psychologique. La fatigue organique intervient plutôt le soir ou l'après-midi. Si une personne a une fatigue matinale alors qu'elle a bien dormi, le médecin va poser des questions pour rechercher comment elle va dans sa tête : est-ce qu'elle a un syndrome dépressif, est-ce qu'elle est malheureuse, est-ce qu'elle a des crises d'angoisse, est-ce qu'elle a des comportements anxiogènes… En prenant le temps, on arrive à obtenir des réponses. Dans un deuxième temps, on regarde si le patient a des maladies organiques avec une prise de sang et un bilan simple. Mais l'écoute est très importante. Une personne qui a bien dormi, qui a dormi longtemps et qui est fatiguée le matin, a quelque chose à dire. Et ce n'est probablement pas une maladie organique, il faut chercher autre chose."