1. / Maladies
  2. / Maladies infectieuses et tropicales
  3. / Coronavirus

Les masques chirurgicaux sont-ils lavables et réutilisables ?

Selon une étude de l’UFC-Que Choisir, trois modèles de masques chirurgicaux sont toujours efficaces après 10 lavages en machine. L’AFNOR appelle à rester prudents jusqu’à une généralisation de ces tests.

Rédigé le

Les masques chirurgicaux sont-ils lavables et réutilisables ?
Image d'illustration. Crédits Photo : © Shutterstock / NeydtStock

Et si le masque chirurgical devenait aujourd’hui une solution moins onéreuse et plus écologique contre la covid ? Selon une étude de l’UFC-Que Choisir publiée le 10 novembre, les masques chirurgicaux sont utilisables jusqu’à 10 fois s’ils sont lavés en machine à 60°C.

A lire aussi : Comment recycler nos masques jetables ?

Lavage, séchage et repassage

Pour cette étude, l’association de consommateurs a réalisé des tests de filtration sur trois modèles de masque achetés en grandes surfaces (Auchan et Leclerc) et en parapharmacie.

Le protocole s’est inspiré des recommandations définies pour les masques grand public en tissu : 10 lavages à 60°C en machine, séchage au sèche-linge puis repassage avec un fer réglé au plus faible niveau. La respirabilité et l’efficacité de filtration ont été évalués sur les masques neufs et après les 10 lavages. "La bonne tenue des brides a été vérifiée à chaque cycle", précise l’UFC-Que Choisir.

Mieux que les masques en tissus

Résultat : les masques "conservent de très bonnes capacités de filtration" et restent "suffisamment respirables pour être portés plusieurs heures sans trop d’inconfort".
"Au final, même en ayant subi plusieurs cycles de lavage, ils sont bien au-dessus des exigences minimales des masques en tissu portant la garantie filtration officielle Afnor/DGA qui nous ont servi de référence" conclut même l’étude.

Dans le détail, les masques affichent selon les marques des capacités de filtration maintenues à 100%, 98% ou 90%. Les élastiques ont résisté aux 10 lavages, la respirabilité n’a pas été diminuée et seul un "léger feutrage" a été observé, note l’étude.

Pas de lavage en milieu hospitalier

Des résultats "suffisants pour un usage grand public" précise l’UFC-Que Choisir. Pas question de lavage en revanche pour les usages en milieu hospitalier, où d’autres germes que le coronavirus peuvent persister au-delà des 60°C. C’est d’ailleurs pour cette raison que la question ne s’était encore jamais posée avant que les masques soient rendus obligatoires pour tous par la covid.

L’AFNOR reste prudente

Mais qu’en dit l’AFNOR, l’Association française de normalisation ? Depuis le début de la pandémie, ses recommandations sont claires : "un masque chirurgical est un dispositif médical à usage unique".

Aujourd’hui, cette nouvelle étude "intéressante" appelle à "dynamiser les travaux sur les enjeux de recyclage des masques", nous confie l’AFNOR. Mais elle appelle aussi à la "prudence". Elle ne porte en effet que sur trois modèles de masques "parmi la kyrielle de masques chirurgicaux commercialisés".
Pour l’AFNOR, il serait donc nécessaire de "généraliser ces tests avant de tirer des conclusions qui invitent au lavage" en raison d’un "potentiel risque de santé publique".

Mais, masque lavable ou non, le plus important est de correctement le porter, de se laver les mains avant de le manipuler et de l’associer aux autres gestes barrières. Et dans tous les cas, un chiffre reste inchangé : celui des quatre heures maximales d’utilisation.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr