1. / Maladies
  2. / Gynécologie
  3. / Prolapsus

Il s’éternise aux toilettes et subit une descente d'organe !

Ce Chinois souffrait en fait d'un prolapsus rectal depuis plusieurs années.

Rédigé le

Il s’éternise aux toilettes et subit une descente d'organe !
Le patient souffrair de prolapsus rectal.

Il n’aurait peut-être pas dû jouer pendant 30 minutes sur son téléphone portable aux toilettes… Un Chinois s’est rendu aux urgences après avoir ressenti de vives douleurs en allant à la selle. Et pour cause : les médecins ont constaté qu'une masse de 16 cm dépassait de son anus. L’homme souffrait en fait de prolapsus rectal, raconte le journal chinois Kan Kan News, dont le Daily Mail s’est fait écho.

Son intestin descendait dans son anus à chaque fois qu’il déféquait

D’après les constatations des médecins, la victime souffrait de cette maladie depuis l’âge de 4 ans, sans le savoir. Son malheureux séjour aux toilettes aura au moins eu le mérite de lui révéler la pathologie dont il souffrait. Avant cet épisode, son intestin, qui descendait dans son anus à chaque fois qu’il déféquait, remontait spontanément une fois le travail terminé.

Les symptômes du prolapsus rectal – qui touche le plus souvent des personnes âgées et des enfants en bas âge – se traduisent par un inconfort aux toilettes, des douleurs, une importante constipation et du sang dans les selles. Le fait que l’intestin sorte par l’anus est exceptionnel : cela montre que la maladie n’a pas été traitée et qu’elle est déjà à un stade avancé. Si l’absence de traitement est prolongée, l’intestin peut sortir complètement.

Sauvé de l’incontinence anale

Le rectum des personnes souffrant de prolapsus rectal "s’extériorise" et dépasse de leur anus. Dans le cas du patient chinois, la chirurgie a été possible : les médecins ont "rentré" la partie du rectum qui posait problème. Le site ABCD Chirurgie explique l’opération comme suit : "Le bas rectum est fixé à une prothèse d'une quinzaine de centimètres agrafée au sacrum. L'opération est faite en coelioscopie sans aucune dissection postérieure du rectum." Point positif de l’histoire : le patient aura finalement évité l’ablation de la zone concernée, ce qui l’aurait sûrement rendu incontinent.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Sponsorisé par Ligatus