1. / Maladies
  2. / Drogues et addictions
  3. / Tabagisme

Le tabac a une dent contre vous

Si le tabac jaunit les dents... il risque surtout de les faires tomber. Des chercheurs anglo-saxons se sont penchés sur les données médicales de plusieurs milliers de patients allemands, et leurs conclusions sont sans appel : fumer triple le risque de perdre ses dents.  

Rédigé le

Le tabac a une dent contre vous
Le tabac a une dent contre vous

L'étude publiée dans le Journal of Dental Research s'est intéressée aux dossiers médicaux de 21.810 habitants de la région du Brandebourg (en Allemagne) recrutés entre 1994 et 1998 pour une étude sanitaire, et suivis entre sept et treize ans.

Une corrélation très nette a été observée entre le niveau de tabagisme et la probabilité de perdre des dents.

"L'association entre le tabagisme et l'incidence de la perte de dents a été plus forte chez les hommes que chez les femmes", expliquent les auteurs. Les hommes de moins de 50 ans fumant plus de 15 cigarettes par jour (désignés dans l’étude comme "gros fumeurs") avaient un risque au moins triplé de perte de dents par rapport aux non-fumeurs. Chez les femmes de même âge, ce risque est au moins doublé".

Le risque de perte de dents augmente avec l’âge des participants. Avant 50 ans, un homme non-fumeur conserve en moyenne 27 "vraies dents" (un adulte en présente normalement 32) contre 25 chez les petits fumeurs et 22 chez les grands fumeurs. Entre 50 et 60 ans, les non-fumeurs conservent 23 vraies dents contre 20 chez les petits fumeurs et 17 chez les gros fumeurs. Et au-delà de 60 ans, alors les 20 "vraies dents" des non-fumeurs sont à comparer aux 12 des petits fumeurs et aux 10 des gros fumeurs ![1]

Les auteurs note que "cesser de fumer est associé à une réduction du risque de perte de dents, avec le risque de perte de dents approchant celle des non-fumeurs après environ 10 à 20 ans d’arrêt du tabac".

Quels mécanismes en jeu ?

Le lien observé dans l’étude est un lien de cause à effet direct. En effet, les mécanismes en jeu sont bien connus. La cigarette dégage de la chaleur et des particules très agressives pour les gencives. Ce qui va créer de l’inflammation. Si cette inflammation dure, les attaches de la gencive (le ligament alvéolo-dentaire) autour de la dent ne tiennent plus correctement : les dents bougent et un espace se crée progressivement.

Résultat : les aliments, le tartre et les bactéries en profitent pour s'y introduire. Une poche se forme le long de la racine de la dent. Les bactéries se multiplient, l'inflammation s'aggrave et finit par détruire l'os alvéolaire et le ligament. La dent n'est plus soutenue, elle se déchausse et peut tomber.

Des interventions existent pour ralentir la progression des maladies parodontales, mais il faut impérativement que le patient arrête de fumer pour permettre la cicatrisation.

Source : Smoking, Smoking Cessation, and Risk of Tooth Loss: The EPIC-Potsdam Study. T. Dietrich et coll. Journal of Dental Research
, août 2015. doi: 10.1177/0022034515598961

 


[1] Des résultats analogues sont présentés pour les femmes. Avant 50 ans, les non-fumeuses conservent en moyenne 25 "vraies dents" contre 24 chez les "petites fumeuses" et 22 chez les "grands fumeuses". Entre 50 et 60 ans, les non-fumeuses conservent 20 vraies dents (contre 18 et 16). Au-delà de 60 ans, les non-fumeuses conservent 16 vraies dents (contre 13 et 12).