1. / Maladies
  2. / Cerveau et neurologie
  3. / Maladie de Parkinson

Parkinson : les bienfaits du sport

Le sport est un outil efficace pour améliorer la vie des patients parkinsoniens. À l'hôpital Henry Gabrielle de Lyon, l'équipe médicale a mis en place un programme de cinq semaines d'activités physiques intensives pour des patients à un stade précoce de la maladie.

Rédigé le

Parkinson : les bienfaits du sport

En France, on estime que 150.000 personnes sont atteintes de la maladie de Parkinson selon les chiffres de l'association France Parkinson. Elle provoque principalement des troubles moteurs. Les pertes d'équilibre se multiplient, les chutes se répètent, la marche devient difficile. Aujourd'hui, on ne sait pas guérir cette maladie. Et si les symptômes de la maladie de Parkinson peuvent être atténués les premières années grâce aux médicaments, le sport reste un outil efficace pour améliorer la qualité de vie des patients.

Un programme de cinq semaines

Un entraînement intensif pour mieux gérer les symptômes de Parkinson, tel est l'objectif du programme de cinq semaines mis en place par l'équipe médicale de l'hôpital Henry Gabrielle de Lyon. Du lundi au vendredi, les patients enchaînent les ateliers de rééducation, du sport mais pas seulement. Les patients travaillent aussi la motricité fine car l'un des premiers signes de la maladie de Parkinson est en effet une écriture en pattes de mouche, de plus en plus petite.

Autre situation délicate pour les patients parkinsoniens : se faire comprendre de leur entourage. Quand le corps se ferme, la voix ne porte plus. Ils doivent donc apprendre à parler fort pour surmonter le brouhaha. Pour garder le bénéfice de cette expérience, les patients sont invités à s'exercer chez eux.

Des résultats encourageants

Un an après les premiers stages, les résultats sont encourageants comme le confirme le Dr Maxime Cheminon, médecin rééducateur : "Sur les paramètres vocaux notamment, on obtient de très bons résultats car on a une bonne stabilité de l'amélioration à un an. Et sur les paramètres moteurs, on a constaté une légère régression par rapport à la sortie immédiate du programme, mais ils sont toujours à un niveau supérieur auquel ils étaient à l'initiation".

Sans guérir la maladie, ces stages permettent d'améliorer la qualité de vie des patients. Certains parviennent même à diminuer leur consommation de médicaments.