Covid : pourquoi les soignants sont-ils nombreux à quitter l'hôpital ?

La crise sanitaire s’accompagne aussi d’une crise du personnel hospitalier. Plus de 12 000 infirmiers et aides-soignants ont arrêté leur métier en 2020, selon une étude de la Fédération hospitalière de France. 

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

C’est au bout de 7 ans qu’Aurélie a lâché sa blouse d’infirmière. 7 ans, durant lesquels elle a vu ses conditions de travail se dégrader, et encore plus avec l’arrivée du Covid. « On a été épuisé moralement, physiquement, pas assez soutenu à mon sens, c’était beaucoup de pression. Ça a été vraiment l’élément déclencheur pour que je parte » se souvient Aurélie Villard, ancienne infirmière hospitalière.

La crise sanitaire a aggravé la situation

Dès la première vague, la jeune femme a été mobilisée à l’hôpital, toujours dans son service de psychiatrie. Très vite, elle a vu des patients décompenser à cause de la crise sanitaire, mais aussi des patients arriver avec des pathologies bien plus lourdes.

« Les suicides, en service à l’hôpital, c’est quelque chose qui est assez rare. Ça arrive peut-être une ou deux fois par an. Là, on a eu trois suicides en l’espace d’un mois, ce qui est énorme, et ça montrait bien la souffrance des patients qui étaient accueillis dans nos services. Et à chaque fois qu’on ouvrait porte, on savait qu’à telle porte, ou à telle porte, on allait retrouver quelqu’un qui serait en train de se suicider » explique l’ancienne infirmière.

D’autres départs sont attendus

Après la crise sanitaire, les hôpitaux craignent une vague de départs. « A la fin de la première vague, on a eu énormément de départs d’infirmiers et énormément de départs de médecins. Et là, la deuxième vague, on sait quels médecins sont prêts à partir et il y a énormément d’infirmiers également qui vont partir. 

La politique du gouvernement continue : fermetures de lits, restructuration, suppression de postes, en soi ils n'ont absolument pas changé leur politique intrinsèque. On est retourné sur les travers qu’on dénonçait il y a deux ans » détaille Pierre Schwob Tellier, infirmier hospitalier, du Collectif Inter-Urgences. 

Si les infirmiers sont de plus en plus nombreux à vouloir partir, leur carrière était déjà courte, même avant la crise du Covid. Selon le syndicat national des professionnels infirmiers, 30% d’entre eux abandonnent leur métier, dans les 5 années qui suivent leur diplôme.