EHPAD : les visites maintenues pendant le confinement

C’est un soulagement pour de nombreux Français. Contrairement au premier confinement, les visites en EHPAD et en maisons de retraite seront autorisés.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

C’est l’une des annonces d’Emmanuel Macron, jeudi 28 octobre. Les visites en EHPAD et en maisons de retraite seront maintenues. Une victoire pour les professionnels du secteur, qui avaient dénoncé au mois de mars l’isolement des résidents.

Il fallait faire attention à la santé physique des résidents, faire en sorte que ces publics âgés, qui sont les plus sensibles et les plus fragiles face au virus puissent éviter de le contracter. Et en même temps, il fallait faire attention à leur bien-être psychique, en préservant autant que possible les liens sociaux, notamment avec les proches, l’entourage, la famille, car on voit bien que la distanciation sociale pouvait être vécue de manière extrêmement difficile”, explique Romain Gizolme, directeur de l'Association des Directeurs au service des Personnes Agées.

Des visites sur rendez-vous

Pour garantir ces visites, le protocole mis en place le 1er octobre a été maintenu. Les visites sont autorisées sur rendez-vous, en extérieur ou dans un espace dédié de l’EHPAD, en respectant les gestes barrières.  

Il est possible de se rendre dans la chambre d'un résident sur dérogation, seulement pour les personnes âgées qui ne peuvent plus se déplacer. Mais attention, le maintien de cette mesure dépend de l’évolution de la situation sanitaire. 

Des suspensions possibles

La situation en EHPAD est actuellement très préoccupante. Ça fait déjà plusieurs semaines que nous avons un retour massif du covid, que de nombreux clusters se sont développés. A ce stade, bien sûr, nous sommes d’une vigilance accrue et nous ne nous interdirons pas bien sûr de suspendre provisoirement ces visites si le virus devait faire autant de dégâts qu’au printemps”, explique Florence Arnaiz-Maumé, déléguée générale du Synerpa. 

Ces suspensions pourraient alors être décidées au cas par cas par les directions des établissements. Depuis le début de l’épidémie, le virus a causé la mort de plus de 10 000 personnes en EHPAD.