Le variant Delta suscite des inquiétudes en Nouvelle-Aquitaine
Le variant Delta suscite des inquiétudes en Nouvelle-Aquitaine Crédits Photo : © Shutterstock / Corona Borealis Studio

Variant Delta : en Nouvelle Aquitaine, "la situation épidémiologique est défavorable"

Le variant delta peut-il faire repartir l’épidémie en France ? Vingt-neuf cas supplémentaires de cette souche plus contagieuse ont été recensés dans les Landes. 

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

C’est la région à surveiller. L’ARS de Nouvelle-Aquitaine a identifié une cinquantaine de cas, avérés ou estimés, du variant Delta (ou variant indien) dans le département des Landes. 

Les premiers cas ont été identifiés dans une famille de l’agglomération de Dax, qui n’a pourtant aucun lien avec l’Inde ou le Royaume-Uni, où le variant Delta circule actuellement.

Des foyers de contaminations multiples

Repéré pour la première fois en Inde en avril dernier, ce variant serait 40% plus contagieux que la souche Alpha, aussi connue sous le nom de variant britannique. L'ARS a identifié 31 cas avérés et estime qu’il y en a au moins une "vingtaine d'autres, car les cas positifs au Covid-19 n'ont pas tous donné lieu à un séquençage”. 

Ces cas sont "regroupés au sein d'une quinzaine de foyers de contamination", notamment familiaux, explique l'ARS, et répartis sur six communautés de communes de la région Nouvelle-Aquitaine. 

Une circulation inquiétante 

Le gouvernement s'est dit préoccupé par la hausse de la prévalence du Covid-19 dans une partie du pays, en particulier en Occitanie et en Nouvelle-Aquitaine. Selon l'ARS, la "situation épidémiologique est défavorable" dans les Landes.

Le taux d'incidence est de 95,6 pour 100.000 habitants, un chiffre “supérieur au taux national" et en augmentation "de 35% en moins de trois semaines".

Attention au relâchement

Pourtant la vaccination dans cette zone est en bonne voie. 43,6% des Landais ont reçu une première dose de vaccin.

La préfecture et l'ARS appellent néanmoins la population à "maintenir les gestes barrières" et expliquent que "la limitation des regroupements à 10 personnes sur la voie publique est toujours en vigueur".