Pass sanitaire : ce qui change à partir d'aujourd'hui

Sans pass, pas de courses ! Le pass sanitaire devient obligatoire dans au moins 126 centres commerciaux et grands magasins en métropole. 

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le
Pass sanitaire : ce qui change à partir d'aujourd'hui
Crédits Photo : © Shutterstock / Nattakorn_Maneerat

La nécessité du pass sanitaire s'étend à toujours plus de lieux. À partir du 16 août, l'accès aux centres commerciaux et magasins de plus 20.000 mètres carrés pourra être soumis à la présentation d'un pass sanitaire. Pour le moment, les centres concernés se trouvent tous dans la moitié sud de l'Hexagone et en région parisienne.

Paris est aussi ouchée par cette mesure, bien que le taux d'incidence y soit inférieur au seuil fixé par le gouvernement (200 cas pour 100.000 habitants par semaine). "Si le taux d'incidence global reste légèrement en-deçà de 200 pour 100.000 habitants, il est largement supérieur dans les classes d'âge de 10 à 39 ans", justifie la préfecture.

Les grands magasins concernés 

Les cinq grands magasins parisiens (Galeries Lafayette, Printemps, BHV, Le Bon Marché et la Samaritaine) et trois centres commerciaux de la capitale devront donc demander le pass à l'entrée. Le centre Aéroville, près de l'aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle, est lui aussi concerné. 

Quatre départements de la banlieue parisienne (Seine-Saint-Denis, Val d'Oise, Val-de-Marne et Hauts-de-Seine) ont également décidé d’appliquer cette nouvelle mesure dans 32 grandes surfaces, dont des magasins Ikea.

Les autres départements où le pass sanitaire sera obligatoire dès lundi sont les Alpes-Maritimes, les Bouches-du-Rhône, la Charente-Maritime, la Corse-du-Sud, le Gard, la Haute-Garonne, la Gironde, l’Hérault, les Landes, les Pyrénées-Orientales, le Rhône, la Haute-Savoie, le Var, et le Vaucluse.

Garantir l’accès aux biens de première nécessité

La décision d'instaurer un pass sanitaire reste entre les mains des préfets. Mais selon la loi validée la semaine dernière par le Conseil constitutionnel, le pass ne pourra pas être exigé si cela compromet "l'accès des personnes aux biens et services de première nécessité ainsi qu'aux moyens de transport". 

Autrement dit, dans certains grands centres commerciaux abritant des supermarchés, l’accès ne pourra pas être conditionné à la présentation d’un pass. Mais la carte des centres concernés reste à élaborer : la dérogation ne s’appliquera que s'il y a assez de supermarchés, primeurs, pharmacies, etc. en dehors des centres commerciaux de la ville ou du département concerné. 

Une mesure contestée

L’entrée en vigueur de cette mesure, véritable casse-tête logistique pour les lieux concernés, suscite déjà la polémique, alors que les manifestations anti-pass sanitaires continuent de rassembler.

Ce week-end, 215.000 personnes ont encore marcher contre le pass sanitaire. Une mobilisation inédite pour un week-end du 15 août, même si le nombre de manifestants était légèrement en baisse par rapport au week-end précédent.