Hernie hiatale : quand l'opération devient nécessaire

Parfois c'est une hernie hiatale qui provoque les remontées acides et les régurgitations. Quand cette hernie hiatale devient trop volumineuse, les médicaments ne sont plus efficaces et une chirurgie peut être proposée.

Céline Morel
Rédigé le , mis à jour le

La hernie hiatale, est une partie de l'estomac qui remonte dans le thorax et se trouve attirée vers l'œsophage. Le contenu gastrique agresse alors les tissus et provoque de fortes brûlures.

Depuis une dizaine d’années, Géraldine Gardez souffre d’un reflux gastro œsophagien très invalidant. Pour elle, chaque repas est devenu une épreuve.  

"Tous les aliments remontent tout seul, ça se bloque, ça brule, ça fait très mal, je suis une battante normalement, je ne me laisse pas aller, mais c’est là atroce ", explique Géraldine. 

Remettre l'estomac à sa place

Dans quelques heures, Géraldine va bénéficier d’une chirurgie anti-reflux.  

"Pour ce qui est de l’opération, on fait avec une caméra et des petits trous pour rabaisser l’estomac, fermer l’orifice hiatale et faire la valve pour éviter le reflux et que vous soyez tranquille ensuite", explique le Pr Guillaume Piessen, chirurgien digestif CHU de Lille.

Le lendemain matin, la patiente est au bloc opératoire endormie sous anesthésie générale. Le but de l’intervention est avant tout de rectifier le positionnement de son estomac car Géraldine souffre d’une hernie hiatale.  

"On a l’estomac qui remonte dans le thorax, les mécanismes anti-reflux vont être mis à défaut, ça va faire que le contenu de l’estomac va remonter dans l’œsophage provoquant les régurgitations dont elle se plaint", commente le Pr Guillaume Piessen.  

Une intervention sous coelioscopie

Le chirurgien va donc devoir tirer l’estomac pour le redescendre dans l’abdomen. L’opération se déroule sous coelioscopie, cinq petites incisions permettent d’introduire une caméra et les différents instruments nécessaires à la chirurgie.  

Une fois l’estomac repositionné dans l’abdomen, le chirurgien doit minutieusement découper le sac de tissus distendus qui s’est formé à cause de la hernie. Il utilise pour cela un instrument à ultrasons qui permet de fusionner les vaisseaux coupés.  

"Ce sac, c’est de la graisse associée à du péritoine, la membrane qui recouvre habituellement les organes, au fur et à mesure de la montée de l’estomac dans le thorax, le péritoine s’est peu à peu distendu et c’est ce qui a créé le sac", explique le Pr Guillaume Piessen.

Une valve anti-reflux

Cette étape de l’opération nécessite la plus grande prudence.  Les battements au-dessus, c’est le cœur, une région délicate.  

Le sac est libéré de l’intégralité de ses attaches. Le chirurgien doit maintenant resserrer l’orifice distendu à cause de la hernie. Il utilise pour cela du fil non résorbable.  

L’équipe peut passer à la dernière étape de l’opération, la réalisation d’une valve anti-reflux. 

"C’est l’estomac qu’on passe en arrière de l’œsophage et qu’on coud sur lui-même, on va recréer une zone de pression au niveau de la jonction oeso-gastrique, ça va empêcher le reflux et les régurgitations dont la patiente se plaignait essentiellement", précise le Pr Guillaume Piessen.

Le chirurgien fait un dernier point de suture pour fixer la valve au diaphragme et éviter toute récidive, l’opération est terminée elle aura durée 3 heures. 

La patiente pourra boire et manger mixé dès son réveil mais elle devra attendre une quinzaine de jours avant de profiter d’une alimentation de consistance normale.  

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !