1. / Grossesse - Enfant
  2. / Accouchement
  3. / Césarienne

Asthme et césarienne : préserver la flore intestinale du foetus

Les enfants nés par césarienne ont-ils plus de risque d'avoir de l'asthme ? C'est ce qu'affirme régulièrement la littérature scientifique. Selon une étude récente, l'important est de préserver la flore intestinale du foetus pour stimuler ses défenses immunitaires.

Rédigé le

Asthme et césarienne : préserver la flore intestinale du foetus

La flore intestinale du fœtus a une importance capitale. Son développement au cours de la grossesse lui permet de construire ses futures défenses immunitaires. Mais elle est également fragile. C'est ce que rappelle une étude parue dans la revue scientifique Science translational medicine, publiée le 8 février 2017. Il est donc nécessaire de la préserver. "On a longtemps cru que le foetus était dans un milieu totalement stérile. C'est faux, on s'est aperçu que le placenta contenait des bactéries, c'est ce qu'on appelle le microbiote. Elles vont coloniser le foetus, le futur nouveau-né. Elles protègent le nouveau-né. Pendant la grossesse, il est donc important de ne pas délivrer inutilement des antibiotiques", précise le Dr Thierry Harvey, gynécologue-obstétricien au groupe hospitalier Diaconesses Croix Saint-Simon.

Au cours de l'accouchement, le passage par les voies génitales permet également au foetus d'être en contact avec la flore vaginale de sa mère, qui va ensuite coloniser son tube digestif. Lorsqu'une césarienne est programmée et réalisée avant la rupture de la poche des eaux, le nouveau-né perd donc une part importante de son exposition naturelle à cette flore bactérienne.

Depuis plusieurs années, des études cliniques tentent de compenser cette perte. En 2015, par exemple, des chercheurs anglais ont mené une expérience surprenante. "Des femmes ayant subi une césarienne à membrane intacte se sont introduit des compresses dans le vagin. Après la naissance, elles ont fait téter cette compresse au nouveau-né, lui en ont barbouillé un peu le visage. L'enfant va donc être colonisé par la flore vaginale et son microbiote sera équivalent à celui d'un enfant né par voie basse", explique le Dr Thierry Harvey.

Attention toutefois à ne jamais recourir à ce procédé sans contrôle médical. Le vagin peut en effet contenir des germes dangereux pour le nouveau-né. Pour récupérer la flore bactérienne de la mère, d'autres solutions existent : l'allaitement, ou l'utilisation d'un lait contenant l'élément principal de cette flore : les lactobacilles.

Sponsorisé par Ligatus