Éjaculations nocturnes, est-ce grave docteur ?

Il existe sûrement des questions que vous n'avez jamais osé poser, par pudeur, crainte, voire même par honte... Notre journaliste, Mélanie Morin, les a posées à votre place à un spécialiste ! Aujourd'hui, il est question d'éjaculation nocturne.

Mélanie Morin
Rédigé le
J'éjacule la nuit, je suis gêné, que faire ?  —  Magazine de la Santé

Tout commence au niveau des testicules qui produisent les spermatozoïdes.
Ces spermatozoïdes circulent ensuite dans de petits tuyaux appelés les canaux déférents jusqu’à rejoindre la prostate où ils se mêlent au liquide séminal.

Ce mélange est ensuite expulsé vers la base de l’urètre. C’est à cet endroit que les muscles du périnée, situés entre le pénis et l’anus, se contractent et le sperme est enfin expulsé via un petit orifice appelé le méat.

L’éjaculation n’est pas toujours synonyme d’orgasme, elle est avant tout un réflexe physiologique, parfois difficile à contrôler.

La "pollution nocturne" survient en plein sommeil

Il n’est pas étonnant que ce réflexe puisse survenir la nuit. Cela prend par surprise et réveille mais, certains hommes, ne s’en rendent compte que le lendemain matin.

Ce réflexe s'appelle "pollution nocturne" ou "wet dream" c’est-à-dire rêve mouillé, parce que justement, cela survient pendant la phase de sommeil paradoxal, la phase du rêve… A ce moment-là, le cerveau est en ébullition, il traite toutes sortes d’informations, mais le corps, lui, est inerte à part les mouvements involontaires des yeux et parfois des érections "réflexes "dues au sang qui stagne dans les vaisseaux de la verge.

Il arrive alors que le pénis vive sa meilleure vie, de façon indépendante, et ça peut aller jusqu’à l’éjaculation nocturne. Cela peut être lié à un rêve érotique ou non.

Éjaculations nocturnes, un signe de bonne santé ?

Tout ceci n’est pas le fruit du hasard et les urologues-andrologues expliquent que le corps est une machine sacrément bien faite, car les érections nocturnes permettent de maintenir une bonne circulation sanguine et un bon apport en oxygène dans les corps caverneux du pénis pour préserver leur élasticité.

L'éjaculation permet de réguler tout simplement et naturellement la quantité de sperme présente dans les testicules. Même si les draps sont mouillés, il faut voir le verre à moitié plein.

Ces pollutions nocturnes sont plus fréquentes chez les ados en pleine puberté et dans une certaine mesure lors de périodes où il y a moins de rapports ou moins de masturbation

Même si la puberté est loin derrière vous et que vous avez des rapports sexuels réguliers, ces éjaculations nocturnes sont des réflexes tout à fait normaux. Cela témoigne même d’un bon sommeil et à priori de bonnes érections. 

Les seuls motifs qui pourraient pousser à consulter seraient des douleurs au niveau de la verge et des érections qui dureraient trop longtemps. En dehors de ça, il n'y a pas d’inquiétude à avoir.

Si vous êtes gêné vis à vis de votre partenaire, vous pouvez lui rappeler que les femmes aussi sont concernées avec une lubrification vaginale pendant la nuit et une rigidité du clitoris, c’est juste que cela se voit moins.

Il est toujours possible de se masturber davantage pour voir si les éjaculations nocturnes diminuent, mais ce n’est pas toujours garanti.

Poser votre question à Mélanie Morin : melanie@allodocteurs.fr ou Instagram melaniemorinfrance5. 

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !