Covid : pourquoi ce spray nasal anti-Covid a-t-il été retiré des pharmacies ?

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé a annoncé stopper la commercialisation du spray nasal Previdspray. Censé protéger contre le Covid-19, ce produit “ne présente pas de preuves cliniques suffisantes” pour justifier une utilisation contre le Covid.

Mathis Thomas
Rédigé le , mis à jour le
Image d'illustration
Image d'illustration

Après le traitement anti-Covid Xevudy, un nouveau produit promettant une protection contre le virus est pointé du doigt par les autorités sanitaires. Le spray nasal virucide Previdspray doit être retiré des pharmacies et de tout autre lieu de vente en France, après un signalement de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), vendredi 6 mai.

Son fabricant, la société Clers Medical, étant enregistré en Belgique, l’autorité sanitaire française a sollicité son homologue belge pour mener des investigations sur ce produit. Conclusion : le Previdspray ne “présente pas de preuves cliniques suffisantes pour justifier une utilisation contre le virus SARS-CoV-2 responsable de la maladie Covid-19”, précise l’ANSM dans un communiqué.

À lire aussi : Vrai ou faux : un patient immunodéprimé a-t-il été positif au Covid pendant 500 jours ?

Des sprays à jeter

L'autorité sanitaire demande le retrait du dispositif médical Previdspray en France, avec une demande associée de mise en quarantaine immédiate des produits concernés. Les personnes disposant encore de ce spray nasal Previdspray sont invitées à le jeter.

En février 2021, l’ANSM avait déjà retiré des officines le spray nasal Cov-Defense (ou Biokami en parapharmacie) quelques jours avant sa diffusion. Le fabricant avait alors assuré une inactivation du virus Sars-CoV-2 à plus de 99%. Une affirmation réfutée par l’ANSM, qui avait suspendu la mise sur le marché du produit. 

Un spray nasal pour lutter contre le Covid-19 ?  —  Le Magazine de la Santé - France 5