1. / Bien-être - Psycho
  2. / Environnement et santé
  3. / Canicule

Comment le corps s'adapte-t-il à la chaleur ?

En moins d'une semaine, les températures ont bondi de 10°C dans plusieurs régions. Comment le corps fait-il pour s'adapter à de si forts écarts ? Somme-nous tous égaux face à la chaleur ?

Rédigé le

La partie centrale du cerveau, l'hypothalamus, joue le rôle de thermostat

Contrairement au poisson ou au reptile, l'homme est un homéotherme, c'est-à-dire qu’il doit maintenir une température interne constante autour de 37°C. En cas de forte chaleur, l'organisme se mobilise donc pour faire baisser cette température.

Des capteurs de température sont présents au niveau de l’organisme, essentiellement au niveau de la peau et de l’hypothalamus, une structure cérébrale qui joue le rôle de thermostat central. Le sang récupère la chaleur produite par les différents organes et envoie l'information au thermostat cérébral. La partie antérieure de l’hypothalamus renferme des neurones sensibles au chaud, ce sont des capteurs spécialisés qui mesurent les élévations de la température centrale. En cas de chaud, le corps va alors tout faire pour évacuer la chaleur en excédent. C'est la thermolyse. 

"Lorsque la température augmente, la première réaction est une vasodilatation des vaisseaux, c'est-à-dire que les vaisseaux s'ouvrent pour permettre à la chaleur de sortir du corps", expliquait au Magazine de la santé, Michel Hanon, médecin urgentiste à l'hôpital Necker-Enfants malades. Doigts, pieds, oreilles… Toutes les extrémités corporelles se vascularisent pour extérioriser la chaleur. La chaleur engendrée en excès dans le corps est transportée par le flux sanguin jusqu'à la peau et là, elle est dispersée dans l'environnement par radiation. Comme si le corps ouvrait ses fenêtres, pour rafraîchir une pièce.

L'importance de la sueur

Seconde réaction du corps pour faire baisser sa température : la transpiration, libérée par les glandes sudoripares activées elles aussi par l'hypothalamus. "La sudation permet de maintenir en permanence une pellicule d'eau sur la peau. Car lorsque l'air circule sur une peau humide la température va baisser", précise Michel Hanon. Pour se rafraichir, mieux vaut donc ne pas essuyer sa transpiration, car c'est l'évaporation de la sueur qui permet l'évacuation de la chaleur. Pour sécher l'eau à la surface de la peau, le corps consomme de l'énergie et donc de la chaleur. Un litre de sueur équivaut par exemple à environ 600 kcal d'énergie perdue.

Nous ne sommes néanmoins pas tous égaux face à la chaleur… Personnes âgées et nourrissons sont les plus vulnérables. "Les personnes âgées ont plus tendance à se déshydrater que les autres, car elles ressentent moins la soif", souligne Michel Hanon. Elles régulent donc moins bien leur température interne. De plus leur glandes sudoripares au niveau de la peau sont atrophiées, elles ne peuvent pas transpirer ou très peu. Les nourrissons sont également plus exposés à la déshydratation car ils transpirent plus que les adultes et leur système de thermorégulation n’est pas encore au point.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Sponsorisé par Ligatus