Miction : pour diagnostiquer des maladies ?

Peut-on soi-même diagnostiquer des maladies en regardant la couleur de son urine ?

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Les réponses avec le Pr. François Desgrandchamps, chef du service urologie de l'hôpital Saint-Louis (Paris) :

"Oui, il y a quelques maladies rares pour lesquelles l'urine change de couleur à la lumière. Le plus simple est de mesurer le volume de ses urines et le nombre de fois où l'on va uriner par jour, pour obtenir des diagnostics. On parle de calendrier mictionnel. À chaque fois qu'on urine, on mesure ce que l'on a éliminé et on note l'heure. Cela permet de savoir si le total de ce que l'on urine n'est pas trop fort. Beaucoup de patients sont gênés parce qu'ils urinent souvent. Ces personnes boivent trop. L'inconscient populaire est de boire beaucoup pour être en bonne santé. Cela n'a jamais été prouvé. Il faut boire un minimum pour éliminer les déchets. Mais au-delà de cette élimination, ça ne sert à rien de boire plus. Au contraire, on urine beaucoup plus souvent. Le calendrier permet de recueillir le volume total des urines. Indiquer le nombre de fois où l'on urine est également très informatif sur sa santé.

"On peut s'apercevoir soi-même que l'on a du sang dans ses urines. Dans ce cas, les urines sont rouges. Il faut alors prendre contact avec son médecin. Des causes tout à fait bénignes existent. Certains colorants, notamment les betteraves peuvent en être la cause. Les urines sont rouges dans la suite de l'ingestion des betteraves, seulement dans les heures qui suivent. Au-delà de ce temps, il faut contacter le médecin."

En savoir plus

Dossier :

Questions/réponses :

  • Je fais de la dysurie, j'ai passé une échographie du système urinaire et il n'y a rien à signaler.
    Voir la réponse en vidéo*
  • Si on ne va uriner que deux fois par jour, est-ce obligatoirement parce qu'on ne boit pas assez ou bien est-ce la vessie qui est très grande ?
    Voir la réponse en vidéo*

* Les réponses avec le Pr. François Desgrandchamps, chef du service urologie de l'hôpital Saint-Louis (Paris)