Cellules souches produites avec de l'acide : la fraude se confirme

RECHERCHE - La chercheuse japonaise Haruko Obokata est-elle réellement parvenue à faire régresser des cellules matures en cellules embryonnaires en les plongeant dans un bain d'acide ? Probablement pas... ou alors, la méthode produit des effets plus surprenants encore. Des analyses génétiques ont en effet révélé que les cellules souches prétendument issues de souris matures d'une certaine lignée génétique étaient en fait des cellules de souris de deux lignées totalement différentes.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le
Cet embryon de souris s'est-il réellement développé à partir de cellules souches créées avec un peu d'acide ?
Cet embryon de souris s'est-il réellement développé à partir de cellules souches créées avec un peu d'acide ?

Ces nouvelles informations, transmises aux médias par des responsables du laboratoire Riken où travaille la chercheuse impliquée, Haruko Obokata, contribuent à faire enfler les soupçons d'inexistence des cellules dites "STAP" (acronyme anglais pour "acquisition de pluripotence déclenchée par le stress", APDS en français).

Officiellement cependant, le Riken s'en tient pour le moment à un message prudent : "nous avons reçu les analyses génétiques sur les cellules STAP, mais ce ne sont encore que des données préliminaires et nous allons travailler pour obtenir des informations plus détaillées", a répondu l'institut à l'AFP.

Données erronées

Peu de temps après la publication des travaux d'Obokata dans la prestigieuse revue Nature, des chercheurs avaient détecté des anomalies dans l'iconographie utilisée par la chercheuse. Plusieurs équipes de recherches ont également annoncé avoir échoué à reproduire les expériences japonaises.

Quelques semaines plus tard, un des coauteurs des travaux sur les STAP, Teruhiko Wakayama, a demandé que la publication des résultats des travaux soit annulée, évoquant la présence de "données erronées".

C'est ce même M. Wakayama qui avait fourni des souris de lignée "129" au laboratoire de Mme Obokata dans le but de vérifier que la création de cellules STAP était aussi possible avec cette espèce. Mais en retour, il aurait reçu des cellules sans aucun rapport (lignées "1F" et "B6") de la part de la chercheuse.
 

LES PRECEDENTS VOLETS DE L'AFFAIRE :

Dans un article très remarqué, publié dans Nature, les chercheurs affirmaient avoir réveillé le caractère pluripotent de cellules (globules blancs) de souris, via un processus relativement simple.

La méthode consiste en un séjour de 25 minutes dans une solution contenant de l'acide citrique, suivi d'un passage de 5 minutes dans une centrifugeuse et d'une semaine d'immersion dans une solution de culture. Efficace, rapide et peu coûteux comparé à la création génétique de cellules pluripotentes induites (iPS), un tel procédé révolutionnerait la médecine régénérative...