Cancer du pressing : un gérant mis en examen

C'est une première en France. Un gérant de pressing utilisant du perchloroéthylène a été mis en examen pour homicide involontaire.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Daniel M. est un ancien gérant de pressing à Nice. Le 16 septembre 2011, il a été inculpé d'homicide involontaire sur la personne de José-Anne Bernard, décédée le 25 décembre 2009. L'arme du crime ? Le perchloroéthylène, un solvant utilisé pour le nettoyage à sec, considéré comme cancérigène par le Centre international de recherche sur le cancer. Ce solvant est toxique pour l'homme et provoque des nausées, des irritations des voies respiratoires, des attaques du système nerveux et des reins.

Pour Frédéric, le fils de José-Anne, il est évident que le solvant est à l'origine du décès de sa mère : "Son logement était envahi d'odeurs persistantes. Elle s'en était plainte plusieurs fois mais le gérant et l'administration ont fait la sourde oreille". Pour lui, cette mise en examen permet de faire prendre conscience de la "toxicité du perchloroéthylène" aux autorités, et de faire entendre les autres victimes. L'avocate du gérant, Me Anna-Karin Faccendini, refuse toute conclusion hâtive : "Tous les rapports d'expertise antérieurs au décès de madame Bernard n'ont (…) rien révélé de probant. Mais si l'instruction montre un lien de causalité entre le décès de madame Bernard et le perchloroéthylène, mon client fera face à ses responsabilités".

Si en France le solvant est reconnu comme dangereux pour l'environnement, les Etats-Unis et le Danemark ont déjà interdit son utilisation dans les pressings.

En savoir plus

Dans les médias :

Ailleurs sur le web :