Bientôt un hamburger conçu in vitro, dans nos assiettes ?

A point ou saignant ? D'ici quelques années, vous vous régalerez peut-être avec un hamburger dont la viande vient tout droit d'une éprouvette... Le premier steak de viande bovine créé à partir cellules souches vient d'être mis au point par un laboratoire néerlandais. Une technologie qui pourrait être une véritable révolution écologique en bouleversant l'élevage et l'alimentation mondiale.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le
Bientôt un hamburger conçu in vitro, dans nos assiettes ?

Le chercheur a utilisé pour créer son steak, des cellules bovines cultivées dans du sérum fœtal de veau. Cela vous paraît légèrement effrayant ? Rassurez-vous, le Dr Mark Post assure que les tissus ainsi produits ont la même structure que les tissus originaux.

Le Dr Mark Post, médecin de formation et patron de département de physiologie de l'Université de Maastricht, prévoit de développer cet hamburger révolutionnaire pour octobre 2012, a-t-il annoncé en marge de la Conférence annuelle de la Société américaine pour l'avancement de la science (AAAS).

Ce steak du futur aura coûté tout de même la somme de 250 000 euros pour voir le jour. Mais le chercheur est optimiste : le second ne devrait coûter que… 200 000 euros !

Le projet a pu être mené à bien grâce à l'aide d'un riche donateur, très concerné par les questions écologiques. C'est en effet une réalité dont les carnivores que nous sommes doivent avoir bien conscience : l'élevage intensif d'animaux de ferme abattus pour leur viande a un impact immense sur l'environnement. Il contribue au réchauffement climatique à cause des émissions de méthane qu'il génère, un gaz à effet de serre vingt fois plus puissant que le dioxyde de carbone. Et la situation devrait s'aggraver. "La production de viande devrait doubler d'ici 2050 pour répondre à la demande et mobilise déjà 70 % de nos terres agricoles", estime le Dr Post.

Le développement de cette viande bovine '"in vitro" pourrait permettre de diminuer le nombres de bêtes élevées pour leur viande et ainsi contribuer à la réduction des gaz à effet de serre. Pour cela, il faudra d'abord convaincre le consommateur, peu enclin à changer ses habitudes. Mais cette viande ne manque pas d'arguments. Outre ses bienfaits pour notre planète, elle pourrait être contrôlée pour présenter des qualités nutritionnelles comme un niveau élevé d'acides gras polyinsaturés bons pour la santé. En attendant de pouvoir y goûter, restons modérés dans notre consommation de viande rouge, issue de l'élevage...

En savoir plus