Un nouvel analgésique extrait d'une plante chinoise

En cherchant à faire interagir in vitro des extraits de plantes avec des recepteurs de la douleur, une équipe sino-américaine a identifié un nouvel analgésique potentiellement utilisable chez l'homme. Ses travaux ont été publiés le 2 janvier dans la revue Current Biology.

Rédigé le

Un nouvel analgésique extrait d'une plante chinoise
Attention ! Les corydales, y compris celles qui poussent sous nos latitudes, sont des plantes toxiques.

La corydale "yanhusuo" est une plante traditionnellement utilisée en décoction dans certaines régions d’Asie pour diminuer l'intensité des maux de dos.

Cette méthode de recherche de médicaments qui prend pour point de départ une "cible '’intérêt" pour découvrir la molécule qui pourrait interagir avec elle porte le nom d'approche par criblage à haut débit (elle est également désignée, en anglais, sous les noms de reverse pharmacology ou de target-based drug discovery). Si elle n'est pas "plus performante" que d'autres méthodes de conception de médicaments, elle gagne peu à peu en popularité auprès des chercheurs.

Gravure extraite d'un traité botanique chinois représentant la Corydalis yanhusuo (延胡索).

Certaines des molécules constitutives de la plante, comme la tetahydropalmatine (1), possédent un effet analgésique avéré, bien que modéré.

Des chercheurs chinois et étasuniens ont cherché à déterminer si d'autres composés actifs de cette corydale présentaient également des vertus anti-douleur.

Pour ce faire, les scientifiques ont fragmenté de longues chaînes moléculaires extraites de la corydale et ont cherché à voir si celles-ci interagissaient physiquement, in vitro, avec des récepteurs de la douleur préalablement identifiés (voir encadré).

Les chercheurs sont ainsi parvenus à démontrer qu'une molécule de la corydale, la dehydrocorybulbine (DHCB), était bien capable d’inhiber un récepteur de la dopamine.

Après purification, les chercheurs ont réalisé une série d’expériences sur la souris, au terme desquelles la DHCB apparaîtrait efficace "pour soulager une douleur aiguë induite thermiquement", mais également "contre la douleur inflammatoire et la douleur neuropathique induite par une lésion". Selon les auteurs de la découverte, l'intérêt majeur de cette molécule résiderait dans le fait que celle-ci n'entraînerait aucun effet d'accoutumance.

De nombreuses années de recherches sont encore nécessaires pour démontrer que cette DHCB purifiée n'entraîne pas d'effets secondaires en interagissant avec d'autres parties de l'organisme.

Source : A Novel Analgesic Isolated from a Traditional Chinese Medicine, Yan Zhang et coll. Current Biology 2014, doi:10.1016/j.cub.2013.11.039 

---

(1) La tetrahydropalmatine (THP) est un alcaloïde dont l’utilisation en pharmacologie fait l’objet de contrôles très stricts du fait de sa toxicité, et dont les effets démontrés restent pour l'heure assez modestes.