Un anneau vaginal ''3 en 1'' : contraceptif et protecteur du VIH et de l'herpès

Un anneau contraceptif qui protège en même temps du VIH et de l'herpès, c'est ce qu'annoncent des chercheurs américains travaillant sur ce projet scientifique. Des essais cliniques doivent bientôt débuter pour élaborer ce nouveau dispositif vaginal, une véritable révolution dans le domaine de la prévention du VIH et de la contraception.

Rédigé le

Un anneau vaginal ''3 en 1'' : contraceptif et protecteur du VIH et de l'herpès
Un anneau vaginal ''3 en 1'' : contraceptif et protecteur du VIH et de l'herpès

L'anneau contraceptif diffuserait deux molécules

Le nouvel anneau vaginal en phase d'essai clinique pourrait représenter une alternative à la contraception orale et protéger à la fois du VIH et du virus de l'herpès, selon une présentation publiée dans la revue PLOS One.

Alors que l'anneau vaginal est tout aussi efficace que la contraception orale, il reste encore un moyen contraceptif peu choisi par les femmes. Pourtant, cet anneau souple s'insère et se retire facilement.

L'anneau vaginal est une bonne alternative pour les femmes qui craignent d'oublier leur pilule, en association avec un préservatif pour la protection contre les IST.

Une fois positionné dans le vagin, le dispositif diffuserait deux molécules : le lévonogestrel, un progestatif utilisé à visée contraceptive, et le ténofovir, antirétroviral utilisé à visée préventive contre le VIH. Certaines études ont déjà montré l'efficacité du ténofovir contre le virus de l'herpès.

"Les scientifiques et tous ceux qui luttent pour la prévention du sida cherchent depuis longtemps à développer un anneau de ce type", explique Rowena Johnston, vice-présidente de l'amfAR, la fondation américaine contre le sida.

Le coût du dispositif d'une valeur de 10 dollars pourrait bien diminuer à 5 dollars d'ici sa mise sur le marché.

"J'espère que d'ici les cinq prochaines années, nous verrons ce type de dispositifs sur le marché", explique au New Scientist Patrick Jeiser, de la Northwestern University à Evanston (Etats-Unis).

Un risque d'infection par le VIH divisé par deux avec l'anneau vaginal

Cette combinaison "3 en 1" serait un grand pas dans la prévention du sida dans les pays aux bas revenus. L'anneau vaginal ne remplacera probablement pas le préservatif pour protéger du VIH étant donné que les études réalisées ont montré une diminution du risque de l'infection par le VIH de 54%.

Pour le moment, les préservatifs constituent donc la seule protection contre les infections sexuellement transmissibles (IST).

Contrairement à l'anneau standard contraceptif qui est posé pour trois semaines, le nouveau dispositif pourra rester en place plus de trois mois.

Source : Long-lasting contraceptive also défends women from HIV. New Scientists. Mars 2014.