Ruptures de stock : les vaccins aussi

En 2014, des ruptures de stock sur les vaccins contre la méningite, la typhoïde ou encore la varicelle, ont été enregistrées. Actuellement, c'est celui de la tuberculose qui fait défaut. 

Rédigé le

Ruptures de stock : les vaccins aussi

Le BCG, le vaccin destiné à protéger contre la tuberculose, n'est pas obligatoire, mais il est vivement conseillé pour les enfants nés à Mayotte, en Guyane et en Ile-de France. Pas d'urgence pour autant, ce vaccin peut être retardé de quelques mois.

Mais si dans le cas du BCG, la vaccination peut être repoussée de quelques semaines, sans représenter de danger pour l'enfant, ce n'est pas le cas du vaccin contre la coqueluche et la méningite.

Les ruptures d'approvisionnement inquiètent les autorités sur la capacité des industriels de répondre à la demande, face à une augmentation constante des besoins en vaccins dans le monde. L'année dernière, près d'une dizaine de vaccins ont connu des difficultés d'approvisionnement, voire une rupture de stocks complète.

VOIR AUSSI