Première implantation d'un larynx artificiel chez l'homme

Les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg ont annoncé, lundi 7 octobre 2013, avoir réalisé avec succès, en juin 2012, l'implantation du premier larynx artificiel chez un homme de 65 ans.

Rédigé le , mis à jour le

Reportage de Hejer Thlia, Cécile Guery-Riquier et Johnny Da Costa. Attention images de chirurgie !

Le Professeur Debry et son équipe du service ORL des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg ont pratiqué cette intervention inédite, en juin 2012, sur un patient masculin de 65 ans souffrant d'un cancer du larynx. Une généralisation de cette procédure offrirait une alternative à la trachéotomie permanente, ouverture pratiquée dans la trachée afin de permettre la respiration.

Le larynx est un conduit formé d'un os, l'os hyoïde et de plusieurs anneaux cartilagineux (l’un d’eux, le cartilage thyroïde, forme le relief de la pomme d'Adam).  Cet organe se trouve au carrefour des voies aériennes et digestives, entre le pharynx et la trachée, et en avant de l'œsophage. Le larynx joue un rôle indispensable à la phonation, puisqu'il abrite les cordes vocales.

Une procédure en deux étapes

Dans un premier temps, l’équipe de chirurgiens a procédé à l'ablation du larynx du patient et a implanté le premier composant du larynx artificiel : une bague en titane.

"La bague trachéale que nous avons posée vise principalement à rétablir le lien normalement assuré par le larynx entre la base de la langue et la trachée restante, faisant office de "cheminée" entre les deux", détaille le Pr Debry.

Cette bague, en titane, s'intégre en quelques mois aux tissus environnants et devient, par conséquent, partie intégrante de la gorge.

Cinq mois plus tard, les chirurgiens ont pu insérer dans la bague trachéale un dispositif amovible constitué de plusieurs valves. Un système de clapets permet à l'air de circuler lors de l'inspiration et de l'expiration, tout en empêchant les substances ingérées de suivre une "fausse route" (voir la vidéo). Cette opération a été réalisée sous anesthésie générale, en passant par la bouche.

Ce larynx artificiel reproduit les fonctions essentielles du larynx et le patient peut respirer à nouveau par voie haute.

Vingt années de recherche ont été nécessaires pour développer cette prothèse. Une importante difficulté, pour les chercheurs, a été de déterminer le matériau possédant les meilleures propriétés biologiques. Le compromis idéal a été obtenu avec un assemblage de titane solide et de titane poreux.

Le cancer du larynx, plus fréquent qu'on ne le pense

Le cancer du larynx peut naître dans n'importe quelle partie du larynx. La plupart du temps, c'est au niveau des cordes vocales. Son traitement consiste en une chimiothérapie et une radiothérapie, associée à une ablation de la corde vocale malade.

Quand ce cancer est étendu à tout le larynx, il faut alors faire une laryngectomie totale. Entre 1.500 et 1.600 laryngecomies totales sont effectuées chaque année en France, selon l'Agence Technique de l'Information sur l'Hospitalisation, essentiellement à la suite d'un cancer du larynx. En 2008, 150.000 nouveaux cas de cancer du larynx auraient été diagnostiqués dans le monde (28.000 en Europe).

Les patients qui subissent une laryngectomie totale perdent la capacité à respirer et parler normalement. Actuellement, les solutions offertes à ces patients sont la trachéotomie, qui permet de respirer par un tube placé dans leur gorge (un trachéostome), soit la transplantation du larynx.

 

Pour en savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Sponsorisé par Ligatus