Nord-Pas-de-Calais : des perchlorates dans votre eau potable

Des taux de sels de perchlorate supérieurs aux recommandations des autorités de santé ont été découvert dans l'eau potable. Pas de crise sanitaire, mais cette pollution de l'eau soulève questions et inquiétudes.

Rédigé le , mis à jour le

Nord-Pas-de-Calais : des perchlorates dans votre eau potable

"Pollution de l'eau : le Nord en alerte"
Un reportage vidéo du 22 octobre 2012

Dans le cadre du principe de précaution, les préfets du Nord et du Pas-de-Calais ont décidé de restreindre la consommation d'eau du robinet pour les nourrissons et les femmes enceintes, dans 544 communes. La raison ? La découverte dans l'eau potable de taux de sels de perchlorate supérieurs aux recommandations de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (Ansm).

Qu'est-ce que le perchlorate ?

Les ions perchlorates sont des particules qui peuvent se retrouver dans l'environnement à la suite de rejets industriels. Ces ions sont très solubles dans l'eau.

Les divers sels de perchlorate peuvent être utilisés dans de nombreuses applications industrielles, en particulier dans les domaines militaires et de l'aérospatiale (propulseurs de fusées, dispositifs pyrotechniques, poudres d’armes à feu, etc.).

Pourquoi dans cette région ?

D'après l'Agence Régionale de Santé (ARS), compte tenu du passé historique de la région, cette pollution spécifique pourrait provenir des nombreuses munitions tirées lors de la Première Guerre mondiale, en particulier, sur la ligne de front qui se trouvait à la limite entre la plaine de Flandres (ex-bassin minier) et le plateau d’Artois.

En septembre 2011, une usine de traitement à Douai avait déjà temporairement fermé en raison de présence de perchlorate dans l'eau.

Perchlorates dans l'eau potable : quels dangers pour la santé ?

Pas de panique : ce produit n’est pas cancérigène. Les sels de perchlorate ne s'accumulent pas dans l'organisme humain et leurs effets sont réversibles.

Cependant, des études expérimentales suggèrent qu’ils pourraient induire un déficit en hormones thyroïdiennes. Les fluctuations de courte durée des hormones thyroïdiennes ne sont pas un problème chez l'adulte en bonne santé. Mais chez l'enfant de moins de 6 mois, un déficit d'hormones thyroïdiennes pourrait altérer le développement neurocomportemental.

L'ARS affirme cependant que d'après les dernières études, aucune modification de l'incidence de l'hypothyroïdie congénitale n'a été constatée dans le Nord-Pas-de-Calais par rapport aux autres régions

Quelles recommandations ?

-  plus de 4 μg/L de perchlorates : ne pas préparer de biberons avec de l'eau du robinet, pour les nourrissons de moins de 6 mois et utiliser de l'eau minérale ;

-  plus de 15 μg/L de perchlorates : l'eau ne doit pas être consommée par les femmes enceintes ou allaitantes.

Cela concerne 10 000 nourrissons et 5 000 femmes enceintes dans le Nord-Pas-de-Calais.

L'ARS Nord-Pas-de-Calais a mis en place un numéro de téléphone afin de répondre aux questions des usagers : 03 60 01 92 62

La permanence téléphonique est assurée du lundi au vendredi de 8h à 20h et le samedi de 8h à 18h.

Quelles solutions ?

L'ARS et le préfecture du Nord vont lancer des traitements à base de dilution de l'eau/ou des traitements avec des résines spécifiques pour baisser les taux de perchlorates dans l'eau.

A noter qu'il s'agit là d'une mesure de précaution : aucune recommandation internationale n’existe à l’heure actuelle ; l’ARS insiste sur la nécessité d’une étude épidémiologique plus précise dans les zones à risques. En attendant sa mise en place et les résultats qui en découleront, l’agence pare donc au plus pressé.

En savoir plus