Mon bébé pleure beaucoup : s'agit-il de la colique du nourrisson ?

LE COIN DES PARENTS - Des douleurs brutales, entraînant des pleurs intenses durant plus de trois heures par jour, plusieurs jours pas semaine : ce sont les coliques du nourrisson (ou douleurs digestives du nourrisson). Quand doit-on s'inquiéter ? Que faire pour soulager les douleurs de bébé ?

Rédigé le , mis à jour le

Mon bébé pleure beaucoup : s'agit-il de la colique du nourrisson ?
Mon bébé pleure beaucoup : s'agit-il de la colique du nourrisson ? (© Nik - Fotolia.com)
Sommaire

Une fréquence anormale des pleurs : la colique du nourrisson

Presque tous les nouveau-nés pleurent fréquemment et de façon inexpliquée.

(cc-by-sa Belimama)

"Des études montrent que les enfants pleurent en moyenne 2 heures par jour à l'âge de 2 semaines, 3 heures par jour à 6 semaines et 1 heure par jour à 3 mois," comme l'observait le docteur Robert Cohen, pédiatre, dans Le Magazine de la santé, en novembre 2011.

Si les pleurs sont plus marqués (plus de 3 heures par jour, plus de 3 jours par semaine, et pendant plus de 3 semaines), il est très probable qu'il s'agisse de coliques du nourrisson.

Une affection fréquente

La fréquence des pleurs est presque la seule caractéristique de cette affection, aussi inquiétante pour les parents... que bénigne d'un point de vue clinique.

Un nourrisson sur quatre souffrirait de colique du nourrisson. "Ce sont des petits bébés de 1 à 3 mois, qui ont des épisodes de cris et de pleurs prolongés, inconsolables, survenant préférentiellement en fin de journée", détaille le Dr Robert Cohen. "Lors de ces épisodes, leur faciès exprime la douleur, ils ont les genoux repliés, les poings serrés, le ventre ballonné, et émettent fréquemment des gaz. Une fois que la colère est partie, il est difficile de les apaiser."

Les bébés souffrant de ces coliques sont des enfants qui, par ailleurs, sont en bonne santé, mangent bien et grossissent bien (parfois trop...). "Ces nourrissons sont d'ailleurs souvent plus vigilants et plus réactifs que la moyenne, comme on le constate au cours des examens psychomoteurs", commente pour nous le Dr Cohen. En somme, si l'enfant est par ailleurs bien portant, et qu'il ne présente aucun symptôme de reflux gastro-oesophagien (des renvois violents et douloureux), il n’y a vraisemblablement pas lieu de s'inquiéter.

Coliques du nourrisson : des troubles digestifs ?

"Ces pleurs sont attribués traditionnellement à des troubles digestifs", note le Dr Cohen, "car ils surviennent à un stade particulier du développement, à un âge où le système digestif est souvent encore immature."

"Mais en réalité, rien ne prouve formellement cette association. En revanche, on constate très clairement que plus les parents sont inquiets et anxieux, plus les enfants ont des coliques... cela se voit plus volontiers pour le premier bébé ou lorsque la grossesse a été stressante ou difficile."

 

Des conseils pour soulager ses douleurs

Pour le Dr Cohen, la meilleur façon de calmer le bébé... et de rassurer les parents. "[Votre] bébé est en bonne santé et ces symptômes se calment dans l'immense majorité des cas avant l'âge de 3 mois (plus rarement vers 4 ou 5 mois)", explique-t-il.

Deux conseils du Dr Cohen :

Ne pas attendre que le bébé soit très en colère pour essayer de le calmer.

En cas de coliques, si le bébé pleure depuis quelques minutes, pensez à le déshabiller, car les pleurs représentent pour lui un gros effort musculaire et il a très vite chaud, ce qui ne l'aidera pas à se calmer.

Pour apaiser bébé, il ne faut pas compter sur l'aide des médicaments... "Aucun n'a montré la moindre efficacité dans des études comparatives. Ils ont tous été essayés, même le gardénal et la morphine !" insiste le pédiatre. "Aucun n'est dépourvu d'effets indésirables... c'est de plus une très mauvaise habitude de toujours croire que les médicaments sont la solution à tous les problèmes."

"Les seules preuves, récentes, iraient en faveur des probiotiques, dont on a constaté qu'ils réduisent la durée des pleurs", observe toutefois le Dr Cohen.

Mais, du fait de la très grande importance des facteurs psychologiques dans le développement des coliques du nourrisson, les pédiatres préconisent surtout d'appliquer quelques mesures simples :

  • souvent  les enfants sont calmés quand on les prend contre soi, directement dans les bras ou à l'aide d'un porte bébé ou d'une écharpe ;
  • la promenade en poussette ou mieux en voiture a souvent un effet magique... quand la voiture roule ;
  • se faire aider ! Quand la maman se sent tendue, fatiguée, il ne faut pas qu'elle hésite à confier le bébé à un parent ou des amis et qu'elle sorte un peu de la maison ;
  • ne pas donner trop souvent à manger au bébé, attendre au moins 2h30 à 3 heures entre 2 biberons ;
  • si la maman allaite, on lui conseillera d’éviter les produits excitants et parfois les produits laitiers ;
  • favoriser un environnement calme, éventuellement avec une musique très douce ;
  • le bercement ou les sucettes marchent parfois.

"On n'est jamais sûr que ces mesures vont fonctionner à tous les coups et pour tous les enfants", concède le Dr Cohen, "mais elles sont généralement efficaces".

 

VOIR AUSSI :

Sponsorisé par Ligatus