Votre enfant se gratte : et si c'était la varicelle ?

Près de 700.000 enfants de moins de 10 ans ont la varicelle chaque année. Que faire si votre enfant commence à se gratter ? Comment savoir s'il s'agit de la varicelle ?

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le
Que faire contre les boutons de varicelle ? Les explications en vidéo (25 octobre 2010).
Que faire contre les boutons de varicelle ? Les explications en vidéo (25 octobre 2010).

La varicelle, une maladie éruptive très contagieuse

La contamination se fait par voie respiratoire, par transmission des gouttelettes de salive. La varicelle est considérée comme la maladie éruptive la plus contagieuse et survient dans 90% cas chez l'enfant entre 1 et 14 ans. 

Ce n'est que 14 jours après le contact avec le virus de la varicelle, le VZV, que les premiers boutons vont apparaître. Ces petites vésicules se disséminent sur tout le corps, par poussées successives et démangent beaucoup.

Cette éruption peut parfois s'accompagner de fièvre, d'un état de fatigue général et de ganglions. Il peut y avoir une lésion rouge dans la bouche ou sur la langue. Le diagnostic est clinique. En cas de doute, le médecin pourra demander de faire une prise de sang pour rechercher le virus VZV.

Evolution favorable en 15 jours

L'évolution est favorable en dix à quinze jours, mais il arrive que des complications retarde sa guérison. Une surinfection cutanée peut compliquer les lésions du fait du grattage. Il faut y penser devant des lésions qui deviennent douloureuses et qui "gonflent", une température qui persiste au-delà des premiers jours.

Si la varicelle est fréquemment bénigne, sur les 700.000 cas on compte 3.000 hospitalisations environ, à cause de complications. En 2021, on meurt encore de la varicelle en France puisqu'il y a 20 décès par an. Le taux de décès est multiplié par 30 chez les plus de 15 ans.

Moins fréquentes, mais plus grave, les complications respiratoires et neurologiques surviennent parfois. Les personnes qui contractent la varicelle à un âge adulte ou sur un terrain de grossesse ou d'immunodépression doivent être suivies de près par un médecin. Même si cela survient exceptionnellement, elles sont plus à risque d'avoir une forme sévère de varicelle avec potentiellement des atteintes des viscères (poumons, foie, cerveau).

Doit-on garder les enfants à la maison ?

La personne atteinte de varicelle est contagieuse trois jours avant l'apparition des boutons et jusqu'à disparition des lésions cutanées. Il est donc fortement conseillé de ne pas mettre son enfant à l'école, jusqu'à disparition complète des croûtes, pour éviter la contamination des autres enfants.

Comment traiter une varicelle ?

Le traitement de la varicelle consiste à prendre du paracétamol pour faire tomber la fièvre, des antiallergiques (prescrits par le médecin) pour diminuer les démangeaisons, des bains au savon doux. En cas de surinfection cutanée, des antibiotiques peuvent être nécessaires.

Il est important de rappeler que l'aspirine est contre-indiquée chez l'enfant. Les anti-inflammatoires sont également à proscrire du fait du risque d'aggravation des surinfections. 

Pour éviter le grattage, il est conseillé de couper les ongles de votre enfant, de bien le sécher après un lavage au savon et à l'eau et d'utiliser si nécessaire un antiseptique sur les boutons.

En cas d'hôpitalisation, il est administré un traitement anti-viral, l'aciclovir, en intraveineux, et si besoin un antibiotique en cas de surinfection sévère

Doit-on vacciner les enfants ?

Les recommandations actuelles préconisent de ne pas vacciner systématiquement les enfants de plus de 12 mois, et ainsi éviter les complications s'ils développent la varicelle à l'âge d'adulte. Le vaccin est indiqué chez les enfants exposés aux formes graves (maladies du sang, cancer), les 12-18 ans et les femmes enceintes qui n'ont pas contracté la varicelle, chez les personnes étant en contact avec des personnes fragiles (immunodéprimés, femmes enceintes), chez les professionnels au contact d'enfants et chez les adultes de plus de 18 ans exposés (contact avec une personne infectée de moins de trois jours).

En cas de doute sur l'antécédent de varicelle, un contrôle sérologique peut être effectué à la recherche d'anticorps anti-virus de la varicelle.

Zona : la réactivation du virus VZV

La varicelle est une primo-infection, en d'autres termes une première manifestation du virus. Dans 15 à 20% des cas, le virus de la varicelle se réactive et prend la forme d'un zona. Le virus VZV a en effet  la particularité de pouvoir rester à l'état latent dans le corps et de refaire surface sous la forme d'un zona, suite à un stimulus (fatigue, stress). 

Le zona se caractérise par une éruption cutanée faite de petites vésicules regroupées en "bouquet", et qui est très douloureuse. Les principales complications du zona sont des douleurs séquellaires, dont l'incidence augmente avec l'âge et qui durent plus de 3 mois. Elles nécessitent une prise en charge spécifique à l'aide de médicaments anti-épileptiques qui ont une action sur ce type de douleurs, ou de patches antalgiques.