Douleur : les méthodes non médicamenteuses sont-elles remboursées ?

Les méthodes non médicamenteuses (relaxation, sophrologie…) peuvent-elles être prises en charge par la Sécurité sociale ?

Rédigé le , mis à jour le

Douleur : les méthodes non médicamenteuses sont-elles remboursées ?

Les réponses du Dr Jean-Baptiste Thiébaut, neurochirurgien à l'unité de traitement de la douleur de la fondation de Rothschild (Paris) :

"La douleur est physique, mais elle est interprétée au niveau de notre cerveau. On est dans le cadre particulier d'une maladie cognitive. Il faut donc soigner le physique mais il faut aussi que le cerveau soit pris en charge. En ce sens la relaxation et l'hypnose font partie des techniques intéressantes. Mais la prise en charge cognitive est également très importante. Le patient doit prendre en charge sa douleur en comprenant au niveau de son cerveau, comment il perçoit les choses. En ville, relaxation et hypnose ne sont pas prises en charge. Elles ne sont pas remboursées. Seule la médecine est remboursée. Ce qui n'est pas fait par un médecin n'est jamais remboursé. Dans le cas d'unité de prise en charge de la douleur, le plan anti-douleur donne de l'argent aux hôpitaux pour prendre en charge ce type de traitement. Il y a donc eu une avancée grâce au plan anti-douleur."

En savoir plus

Dossier :

Questions/réponses :

  • Trouve-t-on des unités anti-douleur dans toutes les villes ? À qui s'adresser ?
    Voir la réponse en vidéo*

  • Dans quels cas utiliser le paracétamol, l'aspirine ou l'ibuprofène ? Comment choisir ?
    Voir la réponse en vidéo*

  • J'ai entendu parler de la cryothérapie contre les douleurs de la spondylarthrite ankylosante. Est-ce vraiment efficace ?
    Voir la réponse en vidéo*

  • Comment faire quand les douleurs chroniques sont banalisées par le monde médical et que l'on n'est pas écouté ?
    Voir la réponse en vidéo*

* Les réponses du Dr Jean-Baptiste Thiébaut, neurochirurgien à l'unité de traitement de la douleur de la fondation de Rothschild (Paris)