Création d'un cervelet artificiel

Une expérience menée par le professeur Matti Mintz, neurologue à l'université de Tel Aviv, a permis de mettre au point la création d'un cervelet artificiel. L'implant électronique reproduit à l'identique les fonctions du cervelet, en permettant les actions motrices de l'organisme.

Rédigé le , mis à jour le

Création d'un cervelet artificiel
Création d'un cervelet artificiel

L'expérience consistait à remplacer le cervelet d'un rat par un implant, une puce électronique capable d'assumer les fonctions de cette zone du cerveau, chargée de coordonner les actions motrices. Les résultats ont été publiés dans The New Scientist.

Les chercheurs ont d'abord soumis le rat (dont le cervelet avait été remplacé), à une séquence de deux évènements répétés un grand nombre de fois : une sonnerie, puis un bref souffle d'air parvenant dans l'oeil du rat. L'objectif était de conditionner le rat pour qu'il ferme sa paupière à chaque sonnerie, avant que le souffle n'arrive dans son œil.

Au cours de la première phase de l'expérience, l'implant a été désactivé, et le rat était incapable de fermer sa paupière. L'implant a ensuite été réactivé. Au bout de quelques essais, le rat a fini par abaisser la paupière à chaque sonnerie. Un résultat qui montre que l'implant électronique de Matti Mintz a bel et bien assumé les fonctions motrices ordinairement dévolues au cervelet.

Un double échange

Pour la première fois, l'implant conçu a été capable de recevoir une perception de l'organisme (la sonnerie) et de transmettre un ordre en retour (fermer la paupière). Les précédentes expériences se limitaient à la conception d'implant à sens unique. C'est-à-dire de cervelet artificiel uniquement habilité à transmettre une information à l'organisme, ou alors de recevoir une information.  

Cette avancée scientifique constitue un espoir important pour les personnes cérébrolésées. Mais l'équipe ne compte pas s'arrêter à cette création. La prochaine étape ? Un implant capable de commander plusieurs mouvements.  

Source : "Rat cyborg gets digital cerebellum", Linda Geddes, NewScientist, 27 septembre 2011.

En savoir plus :