Cancer : les études cliniques sont-elles satisfaisantes ?

Trop peu de patients participant aux essais cliniques, des temps d'observation trop courts... D'après une étude américaine, le protocole des essais cliniques des anticancéreux, menés aux Etats-Unis, n'est pas satisfaisant.  

Rédigé le

Cancer : les études cliniques sont-elles satisfaisantes ?

Les traitements anticancéreux sont-ils suffisamment évalués ? Une étude américaine menée par l'Université Duke en Caroline du Nord a épluché près de 9.000 essais cliniques d'anticancéreux. Résultat, ils portent généralement sur un trop petit nombre de patients, par rapport aux autres maladies.

Des essais ciblés et rapides

Les chercheurs expliquent qu'omnubilés par l'idée de sortir un traitement le plus vite possible (bien souvent, parce qu'il est urgent de proposer une thérapie efficace aux malades qui risquent de mourir), les laboratoires ont pris l'habitude d'évaluer leurs traitements sur un minimum de patients.

Ces petits essais ciblés et rapides peuvent, in fine pour les auteurs, altérer la fiabilité de ces études. D'autant que bien souvent elles n'évaluent qu'une seule thérapie, quand pour les autres maladies, on compare plusieurs traitements.

En France c'est différent

Il faut distinguer deux types d'essais :

  • les essais randomisés de longue durée, menés sur  plusieurs centaines de patients, ils permettent notamment d'évaluer les effets à long terme ;
  • les essais dits précoces, plus limités en nombre de patients, permettent d'explorer très tôt l'intérêt d'un tout nouveau médicament.

En France, l'Institut national contre le cancer (INCa) fait tout pour encourager ces deux types d'essais.

A l'Institut Gustave-Roussy, 2.000 patients participent en moyenne aux essais chaque année.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :