Violences gynécologiques à Tenon : une troisième patiente porte plainte
©Africa Studio

Violences gynécologiques à Tenon : une troisième patiente porte plainte

Le Pr Emile Daraï faisait déjà l’objet de deux plaintes pour « viols ». Les patientes racontent des consultations brutales et des examens gynécologiques sans consentement.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Une troisième victime présumée porte l’affaire devant la justice. Le Pr Emile Daraï  chef du service de gynécologie de l’hôpital Tenon à Paris et spécialiste de l’endométriose, est désormais accusé par trois patientes d’avoir pratiqué des touchers vaginaux et rectaux sans consentement. 

"Prendre un rendez-vous chez un médecin, aussi connu soit-il, n’est pas une autorisation tacite de pénétrations illimitées, déclare Me Mourad Battikh, avocat de cette troisième patiente, au Parisien. Prévenir avant l’acte, […] c’est ce qui sépare un viol d’un examen gynécologique." 

A lire aussi : Une enquête pour viol sur mineur à l'encontre d'un gynécologue parisien

Plusieurs plaintes et une enquête interne

Le médecin est déjà visé par deux plaintes pour "viol par personne ayant autorité sur mineur de plus de 15 ans" et "viol en réunion", déposées fin septembre. 

Le 8 octobre, l’AP-HP et Sorbonne Université ont mis le Pr Daraï en "retrait de ses responsabilités de chef de service et de responsable pédagogique". Ce dernier peut toutefois encore mener des consultations.