Un patient décède après 20 heures passées sur un brancard

Un patient est mort aux urgences des hôpitaux universitaires de Strasbourg (HUS) après une très longue attente. Le syndicat FO a écrit au ministère de la Santé pour alerter sur la situation critique des urgences. La famille, elle, vient de porter plainte.

Muriel Kaiser avec AFP
Muriel Kaiser avec AFP
Rédigé le , mis à jour le
Le patient était âgé de 81 ans
Le patient était âgé de 81 ans  —  Shutterstock

Un homme de 81 ans a été découvert mort sur son brancard lors d’un changement d’équipe aux urgences des hôpitaux universitaires de Strasbourg (HUS). Il avait passé "une vingtaine d'heures sur son brancard dans une zone de soins", selon le secrétaire général du syndicat Force ouvrière (FO) aux HUS, Christian Prudhomme. 
 
Pour l’heure, on ne connaît pas la raison pour laquelle l'octogénaire avait été admis aux urgences. Mercredi 21 septembre, l'avocat de la famille du défunt a annoncé porter plainte. "La famille va déposer plainte, soit en se joignant à l'action du parquet" de Strasbourg s'il a déjà ouvert une enquête, soit, si ça n'est pas le cas, en enclenchant les démarches nécessaires "pour que l'action pénale soit engagée et qu'une enquête" pour "homicide involontaire contre X (...) soit diligentée pour faire toute la lumière sur les circonstances" du décès, a déclaré Me Matthieu Airoldi.

Un "événement indésirable grave"

"Le décès a été déclaré à l'Agence régionale de santé (ARS) sur le portail national des événements indésirables graves", indique la direction des HUS.  

"L'ensemble de la communauté hospitalière réitère ses sincères condoléances à la famille du défunt".
 "Tout décès au sein de notre institution reste une situation difficile à vivre pour l'ensemble de la communauté hospitalière", précise-t-elle.

À lire aussi : Les urgences, le SMUR et le 15 "en grande difficulté", selon Samu-Urgence France

Les urgences surchargées

Mardi 13 septembre, FO a écrit au ministre de la Santé François Braun pour l'alerter sur "la récurrence de la dégradation des prises en charge et du fonctionnement délétère des urgences". "Ce décès intervient 36 heures après le dépôt d'un droit d'alerte fait par nos représentants Force Ouvrière dénonçant une énième situation de blocage et surcharge des urgences" du Nouvel Hôpital Civil de Strasbourg, souligne la lettre

Ainsi, le syndicat FO faisait état, "le 30 août à 23H00", de la présence de "50 patients pour 30 places sur brancards avec des véhicules en attente dans le sas de dépôt des urgences". Le lendemain, la situation était la même "avec 40 patients, dont 26 présents plus de 12 heures sur brancards"

"Nous sommes en droit de nous questionner sur la multiplicité des évènements graves" dans ce service "et sur l'incapacité à apporter des réponses et solutions", écrit le syndicat, selon lequel "300 lits" ont été fermés et "250 postes d'infirmiers" sont vacants. 

Un autre drame en mars

Ce nouvel incident tragique intervient quelques mois seulement après un premier drame. En mars, un autre patient était déjà décédé aux urgences des HUS. Victime d'une hémorragie digestive, il avait attendu une douzaine d'heures avant d'être pris en charge.  
 
Les soignants avaient dénoncé le manque de lits d'hospitalisation et l'encombrement des urgences. FO avait alors écrit au ministre de la Santé de l'époque, Olivier Véran.

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !