1. / Sexo
  2. / Contraception
  3. / Stérilet

Le stérilet, champion des contraceptions

Une étude américaine a étudié les différents modes de contraception de plusieurs milliers de femmes pendant plusieurs années... Résulat : le stérilet arrive en tête, en matière d'efficacité. 

Rédigé le , mis à jour le

Le stérilet, champion des contraceptions

- Entretien avec le Dr Alain Tamborini, gynécologue, invité dans le Magazine de la santé du 24 mai 2012 -

 

De toutes les méthodes de contraception, le stérilet ou dispositif intra-utérin (D.I.U.) est le plus sûr. L'implant hormonal arrive lui en deuxième place des contraceptifs les plus efficaces. Des méthodes longue durée, qui ne souffrent pas des risques d'oubli, de retard dans la prise de traitement ou autres défaillances liées aux autres méthodes.

Ces méthodes, comme la pilule, le timbre transdermique, ou l'anneau vaginal sont beaucoup moins fiables : les femmes qui les utilisent auraient vingt fois plus de risques de tomber enceinte. Des risques qui doublent chez les jeunes femmes de moins de 21 ans.

Des chercheurs de la faculté de médecine de l'Université Washington (Missouri, Etats-Unis) ont étudié pendant trois ans le cas de 7 486 femmes, âgées de 14 à 45 ans et ces conclusions dans The New England Journal of Medicine. Au cours de cette étude, 334 femmes ont déclaré une grossesse, dont 156 à cause d'une défaillance de leur méthode contraceptive, majoritairement la pilule, l'anneau vaginal ou le timbre transdermique, à l'exception de 21 d'entres elles qui utilisaient un stérilet ou un implant hormonal.

Le stérilet, comme l'implant, ont l'avantage d'être efficaces dès leur pose et de pouvoir le rester plusieurs années sans qu'on y touche. Le stérilet hormonal va pouvoir ainsi être utilisé pendant 5 ans, et celui en cuivre le sera pour au moins 10 ans. Pendant longtemps, ce moyen a eu mauvaise réputation, comme celle de créer des infections, et restait réservé aux femmes qui avaient déjà eu une grossesse. Aujourd'hui, c'est la méthode la plus recommandée par la Haute Autorité de Santé et elle est conseillée chez les femmes de tout âge. Il faut juste surveiller une à deux fois par an que tout va bien.

Lutter contre les grossesses non désirées

Ces chiffres reflètent bien la réalité : aux Etats-Unis, le problème des grossesses non désirées est devenu un problème récurrent. Sur 3 millions de femmes qui tombent enceintes chaque année, la moitié ne le souhaitaient pas ou ne l'avaient pas prévu. En France, alors que la pilule reste le moyen le plus utilisé, plus de 70 % des IVG pratiquées le sont sur des femmes qui utilisent cette méthode.

Les stérilets et les implants ont un taux de défaillance très faible, de l'ordre de 1 % contre un taux variable entre 2 et 10 % de grossesses non-désirées dans les 12 premiers mois d'utilisation pour les contraceptions orales. Le stérilet est d'ailleurs la méthode la plus utilisée au monde. Mais dans certains pays, comme justement aux Etats-Unis, le dispositif intra-utérin et sa pose par un gynécologue peuvent coûter jusqu'à 500 dollars, un prix dissuasif pour beaucoup de femmes. En France, le D.I.U. coûte entre 30 et 120 euros et il est remboursé à 65 % alors que les pilules de dernière génération (à part une référence) ne le sont pas. 

Source : "Effectiveness of Long-Acting Reversible Contraception", N Engl J Med 2012; 366:1998-2007, May 24, 2012

En savoir plus

Dossiers :

Questions/réponses :

  • J'ai beaucoup souffert lors de la pose du stérilet. Dois-je m'attendre à la même douleur lorsqu'on va me le retirer ?
    Voir la réponse en vidéo*
  • Pendant les rapports je sens le cordon du stérilet de ma femme et cela me blesse le pénis. Quelles sont les solutions ?
    Voir la réponse en vidéo*
  • Y a-t-il des chiffres officiels sur le nombre de grossesses sous stérilet ?
    Le stérilet augmente-t-il le risque de grossesse extra-utérine ?
    Voir la réponse en vidéo*
  • Quelles sont les différences entre le stérilet qui maintient les règles et le stérilet sans règles ? Et quelles sont les conséquences dans le second cas ?
    Voir la réponse en vidéo*

* Les réponses du Dr Alain Tamborini, gynécologue

Sponsorisé par Ligatus