1. / Se soigner
  2. / Politique santé

Olivier Véran annonce 6 milliards pour augmenter les salaires à l'hôpital

Le ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran est prêt à injecter six milliards d’euros pour augmenter les salaires à l’hôpital. Les syndicats et les collectifs de soignants en attendent le détail avant de se réjouir.

Rédigé le

Olivier Véran annonce 6 milliards pour augmenter les salaires à l'hôpital
Olivier Véran annonce 6 milliards pour augmenter les salaires à l'hôpital

Un mois après le lancement du "Ségur de la santé", Olivier Véran a dévoilé le 24 juin l'enveloppe prévue pour les hausses de salaires des soignants: six milliards d'euros, à partager entre hôpitaux et Ehpad publics, mais aussi pour partie avec le secteur privé.

Fin du suspense: après des semaines de concertation sans chiffre, les syndicats savent enfin combien le gouvernement est prêt à dépenser pour améliorer la rémunération des personnels hospitaliers — hors médecins, qui font l'objet d'une négociation parallèle.

Lors d'une réunion sur ce sujet, le ministre de la Santé a avancé le chiffre de six milliards d'euros "pour les hôpitaux, les établissements médico-sociaux (publics, ndlr) et les établissements privés", a indiqué à l'AFP un des participants.

A lire aussi : Plan hôpital : les cinq chantiers du "Ségur de la Santé"

Quelle cible ?

Cette somme inclut une augmentation générale des salaires des agents de la fonction publique hospitalière (hôpitaux, Ehpad...), une refonte des primes, ainsi que des hausses ciblées sur certaines professions, qui pourraient être étendues aux établissements privés, ont précisé trois autres sources.

Selon un projet d'accord présenté lors d'une précédente réunion, vendredi, ces hausses ciblées concerneraient notamment les catégories soignantes (infirmiers, aides-soignants) et médico-techniques (techniciens de laboratoire, manipulateurs radio).

A lire aussi : Comment les hôpitaux s’organisent-ils face à la crise ?

La négociation peut commencer

Ce document, remis aux syndicats, prévoyait que l'augmentation générale des salaires dans le secteur public entre en vigueur "à compter du 1er juillet" pour le million d'agents du secteur public, qu'ils soient titulaires ou contractuels.

Pour un responsable syndical, la négociation salariale peut désormais commencer car "on connaît enfin le bas de la fourchette". A deux semaines de la conclusion du "Ségur", "on entre dans le 'money-time'", a affirmé ce syndicaliste à l’AFP.

Lancé fin mai par Edouard Philippe, le "Ségur de la santé", piloté par l'ancienne dirigeante de la CFDT Nicole Notat, doit concrétiser d'ici mi-juillet le "plan massif de revalorisation et d'investissement" promis par Emmanuel Macron en pleine épidémie de coronavirus.

A lire aussi : Crise de l'hôpital : "nous avons le coeur brisé"

« Ce gouvernement nous a habitués à des déceptions »

« 6 milliards, c’est un chiffre qui peut être important, mais voyons plus près avant de nous réjouir », explique à Allodocteurs.fr André Grimaldi. « Ce gouvernement nous a habitués à des déceptions, voire de la communication trompeuse », raconte le fondateur du Collectif Inter-Hôpitaux (CIH).

Lors de l’annonce de la reprise de la dette des hôpitaux, ce diabétologue se souvient de son agacement : « Personne n’était capable de l’expliquer. La ministre disait un chiffre, et la HAS annonçait un autre chiffre dix fois plus élevé … »

A lire aussi : Crise de l’hôpital public : 1200 médecins démissionnent

Augmenter les salaires

Le CIH demandait une augmentation de 300 euros nets pour toutes les personnes travaillant à l’hôpital. « Le ministre doit décliner précisément ce que ça signifie pour l’infirmière, l’aide-soignante, la secrétaire de l’hôpital », demande André Grimaldi. « De quoi s’agit-il ? C’est un procès d’intention, car peut-être que cette fois c’est différent. On va voir ce qui se passera sur le bulletin de paie. »

Pour le professeur Grimaldi, la situation est « insupportable ». « Il aura fallu le Covid, une manifestation… C’est invraisemblable qu’il ait fallu une manifestation pour défendre nos revendications après une crise sanitaire pareille, c’est hallucinant. »

A lire aussi : Crise de l'hôpital : "Jusqu'à présent nous avons pu tenir "

Mobilisations en série

Après le succès de leur journée d'action le 16 juin, qui a réuni plusieurs dizaines de milliers de manifestants dans toute la France, plusieurs syndicats (CGT, FO, SUD, Unsa) et collectifs de soignants (Inter-Hôpitaux, Inter-Urgences) ont appelé à de nouveaux rassemblements le 30 juin.

Une autre mobilisation est aussi envisagée le 14 juillet, sous une forme encore non définie, alors que le gouvernement a prévu de rendre hommage aux soignants en ce jour de fête nationale, où le traditionnel défilé militaire sera remplacé par une cérémonie sur la place de la Concorde.

Pour l'heure, les principaux syndicats de médecins ne se sont pas joints à ces initiatives, même si leur dernière réunion au ministère a tourné court mardi matin.

A lire aussi : Hôpital : des milliers de soignants crient leur colère dans la rue

Les syndicats demandent davantage

Mécontents de l'absence de calendrier et de chiffrage concernant leurs rémunérations, ces syndicats ont quitté la table au bout d'une heure pour "montrer (leur) mauvaise humeur".

Ils réclament notamment une hausse immédiate de 300 euros net mensuel pour les internes et une forte revalorisation de leur grille de salaire, avec un minimum de 5.000 euros net en début de carrière et jusqu'à 10.000 euros en fin de carrière.

Les praticiens hospitaliers en sauront peut-être davantage lors d'une nouvelle séance de discussion programmée vendredi.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr