Politique zéro Covid : tout savoir sur ce qui se passe en Chine

Des centaines de personnes ont manifesté ce week-end dans plusieurs grandes villes chinoises pour dénoncer les confinements à outrance, trois ans après la détection du premier cas de Covid-19.

Muriel Kaiser avec AFP
Muriel Kaiser avec AFP
Rédigé le
En Chine, des tests négatifs sont exigés presque quotidiennement pour avoir accès à l'espace public
En Chine, des tests négatifs sont exigés presque quotidiennement pour avoir accès à l'espace public  —  canghai76 / Shutterstock

C'est une rare démonstration d'hostilité envers le régime du président Xi Jinping et sa politique de "zéro Covid" draconienne pratiquée depuis près de trois ans. Des manifestations ont eu lieu dans plusieurs grandes villes chinoises ces derniers jours, comme à Pékin, Shanghai et Wuhan.

La population dénonce les mesures de maintien à domicile inopinées, massives et interminables après la découverte du moindre cas, les mises en quarantaine systématiques des cas contacts dans des camps et les tests PCR négatifs exigés presque quotidiennement pour avoir accès à l'espace public.

Des restrictions aux conséquences fatales

Ce mécontentement est attisé par plusieurs affaires très médiatisées dans lesquelles les services d'urgence auraient été ralentis dans leurs interventions par les restrictions sanitaires, avec des conséquences fatales. 

Un incendie qui a fait dix morts jeudi 24 novembre à Urumqi, la capitale de la province du Xinjiang, a exacerbé ces récriminations. Les auteurs de nombreux messages circulant sur les réseaux sociaux ont affirmé que les mesures prises contre le Covid avaient aggravé ce drame, des voitures garées depuis des semaines pour cause de confinement dans l'étroite ruelle menant à l'immeuble en flammes ayant entravé l'arrivée des secours. 

À lire aussi : Un vaccin anti-Covid injecté par voie nasale approuvé en Chine

Une mobilisation inédite depuis 1989

Dimanche 27 novembre, au moins 400 personnes se sont rassemblées sur les berges d'une rivière de Pékin, la Liangma, certaines criant "Nous sommes tous des gens du Xinjiang ! Allez le peuple chinois !" ou agitant des feuilles de papier vierges, une manière de symboliser la censure. La foule a chanté l'hymne national et écouté des discours, tandis que, de l'autre côté du cours d'eau, une file de véhicules de police attendait.

Dans d'autres villes, d'autres slogans ont été scandés à l'unisson: "Pas de tests Covid, on a faim!", "Xi Jinping, démissionne ! PCC (Parti communiste chinois, ndlr), retire-toi !" ou "Non aux confinements, nous voulons la liberté". Par son étendue sur le territoire, la mobilisation semble la plus importante depuis les émeutes pro-démocratie de 1989.

Le nombre de cas contenu

Des protestations sporadiques et parfois violentes ont déjà eu lieu en Chine les jours précédents, notamment dans la plus grande usine d'iPhone du monde située à Zhengzhou.

Interrogé sur les manifestations du week-end, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian a déclaré lors d'un point presse, que sous "la direction du Parti communiste chinois et (avec) le soutien du peuple chinois, notre combat contre le Covid-19 sera une réussite".

39 506 cas de Covid ont été recensés dimanche sur le territoire chinois, un record quotidien mais un chiffre qui reste très faible par rapport à ceux enregistrés ailleurs dans le monde au plus fort de la pandémie.

La santé mentale des jeunes se dégrade avec le confinement  —  Le Mag de la Santé - France 5

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !