1. / Se soigner
  2. / Droits et démarches
  3. / Droits du patient

Comment et pourquoi choisir une personne de confiance ?

Si le patient est hors d'état d'exprimer sa volonté, la personne de confiance sera consultée en priorité pour l'exprimer. Son rôle mal connu reste souvent un frein à sa désignation. Les explications de Me Brigitte Boguki.

Rédigé le , mis à jour le

"Personne de confiance : que dit la loi ?", chronique de Me Brigitte Bogucki du 11 avril 2019

C'est une précaution simple que chacun devrait prendre. La personne de confiance peut vous accompagner pour des démarches et rendez-vous médicaux et être votre porte-parole si vous ne pouvez pas vous exprimer.

Qui peut être personne de confiance ?

N'importe quelle personne majeure que vous connaissez peut devenir votre personne de confiance si elle l'accepte. Il peut s'agir du conjoint, des enfants, des parents mais aussi d'un ami, d'une personne qui vous est proche... Il est important que cette personne soit une personne que vous fréquentez habituellement, qui vous connaît et qui sait ce que vous souhaitez, en qui vous avez toute confiance.

Vous pouvez désigner plusieurs personnes de confiance et même indiquer dans quel ordre vous les choisissez. Par exemple, vous pouvez indiquer que votre conjoint est votre personne de confiance numéro 1 et que votre meilleur ami est votre personne de confiance numéro 2 (ou inversement). Il sera contacter si la personne de confiance numéro 1 n'est pas disponible. Il est important de bien lui expliquer clairement ce dont il s'agit et de discuter de vos choix avec elle.

Comment désigner la personne de confiance ?

Plusieurs solutions existent pour désigner une personne de confiance. La plus simple est de le faire tranquillement, chez vous, dès à présent. Si vous avez des difficultés à écrire, vous pouvez faire attester deux personnes qu'il s'agit bien de votre volonté.

Le but de ce document est de préciser votre choix et les coordonnées complètes de votre personne de confiance. Vous devez le dater, le signer et votre personne de confiance également. Cela se fait sur papier libre. Certaines associations comme l'ADMD (association pour mourir dans la dignité) proposent des formulaires à leurs membres et en conservent un original.

Il est important de noter tous les moyens possibles pour joindre la personne de confiance, au cas où.

Droits et devoirs de la personne de confiance

Normalement, en cas d'hospitalisation, on doit vous demander à l'hôpital de désigner une personne de confiance. De même, si vous entrez dans une maison de retraite, un formulaire vous permettant de nommer la personne doit vous être proposé au moins huit jours avant.

Cette désignation n'a pas de durée limitée mais vous pouvez y mettre fin quand vous le désirez. Il suffit pour cela de l'écrire.

Désigner une personne de confiance lui donne donc des droits et finalement, un certain "pouvoir". Concrètement que peut-elle faire et ne pas faire ? Si vous êtes en état d'exprimer votre volonté, son rôle est de vous accompagner si vous le souhaitez dans tout votre parcours médical et elle peut à ce titre être présente durant vos rendez-vous médicaux et prendre connaissance de votre dossier médical (mais seulement en votre présence). Elle a un devoir de confidentialité.

Si vous n'êtes plus en état d'exprimer votre volonté, elle sera votre porte-parole pour exprimer vos souhaits et son témoignage à ce sujet l'emporte sur tout autre.

Décider d'un traitement ou de l'avenir...

La personne de confiance ne décide pas de votre traitement ou de votre avenir mais elle témoigne de votre volonté. Si vous avez rédigé des directives anticipées (volonté d'acharnement thérapeutique...), elle doit en informer le corps médical et les transmettre. 

La personne de confiance reçoit aussi les informations en cas d'essai thérapeutique, et donne le consentement pour les recherches biomédicales si vous ne pouvez pas le faire, qui sera consultée pour les tests génétiques...

Un porte-parole de vos droits

La personne de confiance peut se trouver en opposition avec la famille ou certains membres. Il faut donc prendre le temps d'informer la personne concernée de ce que sera sa charge mais aussi de la limite de ses droits car cela ne lui donne pas droit de faire valoir ses choix. Ce sont bien les vôtres dont elle sera le porte-parole.

Dans la pratique, nous sommes souvent déjà personnes de confiance lorsqu'on accompagne un parent âgé et qu'on assiste aux rendez-vous médicaux pour l'aider. Mais quand la personne n'est plus en état de dire sa volonté, que ce soit ponctuellement en cours d'opération ou définitivement comme pour la maladie d'Alzheimer, il est fondamental que vous soyez nommé par écrit car le corps médical n'a pas à décider à qui vous auriez fait confiance et ce n'est pas toujours la famille.

Pour résumer, désigner des personnes de confiance comme faire son testament permet de s'éviter bien des soucis pour soi et pour les autres. Et il est conseillé de le faire quand tout va bien.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr