Des passagères ont été forcées de subir des examens gynécologiques à l’aéroport de Doha. ©WikiCommons
Des passagères ont été forcées de subir des examens gynécologiques à l’aéroport de Doha. ©WikiCommons

Des examens gynécologiques forcés à l’aéroport de Doha

Après la découverte d’un nouveau-né prématuré dans les toilettes de l’aéroport de Doha, des femmes ont subi des examens gynécologiques forcés visant à déterminer si elles avaient accouché récemment. 

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Dans un état de choc”. C’est ainsi que Wolfgang Babeck, passager de l’un des vols affectés décrit l’état des femmes soumises à ces examens. "Elles  étaient toutes bouleversées, certaines étaient en colère, l'une pleurait, et personne ne pouvait croire ce qui venait d'arriver".

Les faits, rapportés par la télévision australienne Seven News, ont été révélés par des passagers australiens de retour au pays. “Il s'agit d'une suite d'événements extrêmement perturbante, choquante, préoccupante”, a déclaré Marise Payne, ministre des Affaires étrangères. “Jamais de toute ma vie je n'ai entendu parler d'une chose pareille”.

A lire aussi : Polémique sur le toucher vaginal sans consentement

Des examens non-consentis 

Les faits décrits par les passagères sont extrêmement troublants. Le 2 octobre, après la découverte d’un nouveau-né prématuré dans les toilettes de l’aéroport de Doha, des femmes ont été débarquées de plusieurs avions et conduites dans des ambulances où elles ont subi des examens visant à déterminer si elles avaient accouché récemment. 

Les passagères, de différentes nationalités, racontent avoir dû se dévêtir sans leur consentement pour subir cet examen génital invasif.

L'identité de la mère du bébé toujours inconnue

"C'est une décision choquante de la part d'un pays qui a dépensé des milliards de dollars d'argent public pour tenter de donner l'image d'un Etat plus libéral", souligne Alex Oliver, directeur de recherche au centre de réflexion Lowy Institue, basé à Sydney.

Officiellement, les relations sexuelles et l'accouchement hors mariage sont toujours passibles de prison au Qatar, et la monarchie musulmane conservatrice peine toujours à faire taire les critiques sur les violations des droits et des libertés.

La direction de l'aéroport n'a présenté aucune excuse. Elle a simplement déclaré que l'enfant était vivant et soigné.