Des « cabinets tremplins » pour lutter contre les déserts médicaux

Dans le Nord, la commune de Gravelines a opté pour les “cabinets tremplins”. L’objectif est de permettre à des médecins de tester le cabinet avant de choisir ou pas de s’installer dans la commune.  

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

12 000 habitants et trois médecins généralistes en moins. Voilà à quoi ressemblait Gravelines en 2013. Pour échapper à la désertification médicale, les élus de cette commune du Nord ont dû repenser leur offre de soins, en mettant à disposition des médecins deux "cabinets tremplins".

L’objectif : s’il ne se plaît pas, à tout moment, le nouvel arrivant pourra quitter les lieux. Un dispositif imaginé pour séduire les jeunes médecins qui hésiteraient encore à s’installer. 

« L’objectif, c’est qu’on passe ici un certain temps, en l’occurrence 6 ans maximum avec un loyer quasi gratuit, mais qu’après, le médecin, quelque part, si il se plaît bien sûr, si il s’est intégré, investisse sur Gravelines soit en louant un bien soit en faisant l’acquisition d’un en droit pour exercer sa profession » explique Bertrand Ringot, maire de Gravelines (59).

Éviter d’exercer 50 ans au même endroit

Pour trouver la formule susceptible d’attirer les médecins, il a fallu batailler. Enquêter sur le terrain, auprès des internes, des syndicats, des jeunes diplômés... et comprendre quels étaient les freins à l’installation.  

« Nous on a choisi ce concept de "cabinet tremplin" pour ne pas dire à un jeune médecin tu t’engages à exercer 50 ans dans la même commune parce que tu as acheté ce bâtiment. Aujourd'hui très souvent les médecins ont un conjoint qui travaille. Les mutations ça existe. Donc le fait de ne pas s’enchaîner, aujourd’hui sur 50 ans d’exercice dans une même ville c’était un premier frein » ajoute Louise Catel-Facon, chargée de mission santé, à la mairie de Gravelines.

Autres obstacles : la charge administrative, la difficile conciliation entre vie personnelle et professionnelle, l’envie aussi de ne pas exercer seul... D’où l’initiative de la ville d’organiser des rencontres entre professionnels de santé. Grâce à ses "cabinets tremplins", Gravelines espère encore recruter deux médecins.