Les industriels dans l'attente du plan de promotion des génériques

Alors que les prix des génériques sont à la baisse, l'évolution des ventes ne compensent pas les pertes enregistrées par le secteur. Ce 6 juin, les fabricants de ces médicaments ont publié une lettre ouverte à la ministre de la Santé, l'appelant à accélérer le déploiement du plan national de promotion de ces produits, dévoilé en 2015.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le
Les industriels dans l'attente du plan de promotion des génériques

"Les industriels du médicament générique ne peuvent plus supporter une érosion continue de leurs prix et de leurs moyens, alors qu'ils doivent répondre à des normes pharmaceutiques et techniques, de traçabilité, de pharmacovigilance sans cesse plus élevées", écrit le Gemme, qui réunit 19 fabricants de génériques et de biosimilaires.

"Pour l'année 2016, les baisses de prix sur le médicament générique représenteront près de 5% du chiffre d"affaire du secteur", a indiqué à l'AFP un porte-parole du Gemme. Des baisses qui, selon lui, "mettent en péril l'économie des pharmaciens mais également l'investissement et l'emploi industriel du médicament générique en France".

Afin de compenser les pertes, le Gemme demande à la ministre "l'accélération du déploiement du Plan national d'action de promotion des médicaments génériques dévoilé [en mars 2015] par le gouvernement, et dont la mise en oeuvre tarde à se concrétiser".

Selon des estimations mises en avant par l'association, une plus grande utilisation des médicaments génériques pourrait entraîner "chaque année 3,5 milliards d'euros d'économies, soit 1,5 milliard de plus qu'aujourd’hui" pour le système de santé.

Selon le Gemme, le recours aux médicaments génériques représenterait actuellement "33% de la consommation de médicaments en France, contre plus de 50% en moyenne en Europe".