©Pixabay

La ville d'Annecy veut lutter contre la précarité menstruelle

La ville d’Annecy, en Haute-Savoie, brise le tabou des règles et va installer des distributeurs de serviettes et tampons gratuits dans plusieurs lieux de la ville.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

La municipalité l’a confirmé. Dix distributeurs seront déployés au sein de l’université Savoie Mont Blanc, de la mission locale et du bureau information jeunesse "avant fin février". 

Ils permettront de répondre aux besoins de "3.500 jeunes femmes pour 4 mois", précise Guillaume Tatu, maire adjoint chargé de la Jeunesse au sein de la nouvelle majorité écologiste. L'investissement représente 8.000 euros pour la collectivité.

La ville d’Annecy cible particulièrement les "étudiantes, jeunes travailleuses, jeunes sans emploi, jeunes qui ont décroché scolairement", explique Guillaume Tatu, en estimant que "la précarité menstruelle a été augmentée du fait de la crise sanitaire".

Une première en France

"C’est la première fois qu’une ville finance à 100% les protections périodiques", assure Guillaume Tatu, en précisant que les distributeurs eux-mêmes sont mis à disposition gratuitement par une entreprise.

"C’est dramatique d’entendre à Annecy que des jeunes femmes ne peuvent pas se payer des tampons ou des serviettes", réagit l’adjoint à la Jeunesse, qui y voit "une  injustice sociale" et considère ces protections comme "des produits de première nécessité".

“Phase de test”

Guillaume Tatu précise qu’il s’agit d’une "phase de test" qui pourrait être étendue dans un second temps. "On fera le bilan de l’opération et on verra comment on peut la déployer avec de nouveaux acteurs dans les collèges, dans les lycées et, pourquoi pas, dans d’autres lieux publics."

D’après une enquête dévoilée lundi par la Fédération des associations générales étudiantes (FAGE), 33% des étudiantes interrogées déclarent avoir besoin d’une aide pour se procurer des protections périodiques.

Le Conseil régional d'Ile-de-France a voté le 4 février un fonds de soutien à l'équipement en distributeurs gratuits de protections périodiques des lycées, universités et logements étudiants de la région, après une première expérimentation dans une trentaine de lycées depuis fin 2020.