L'Assurance-maladie veut lutter contre le renoncement aux soins

Plus d'un quart des Français auraient déjà renoncé à se soigner pour des raisons financières. L'Assurance-maladie a décidé de s’attaquer à ce problème en lançant un dispositif d’accompagnement personnalisé. 

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Ce dispositif, baptisé PFIDASS, ou plateformes d'intervention départementale pour l'accès aux soins et à la santé, est expérimenté dans 21 départements, dont le Val d'Oise. Il sera généralisé à l'ensemble du territoire d'ici un an. 

Près de 600 personnes se présentent chaque jour à l'accueil de la caisse primaire de Cergy-Pontoise, pour des démarches concernant des remboursements ou des arrêts maladie. Les conseillers, qui les reçoivent, sont désormais chargés de détecter les assurés qui ont renoncé à des soins. Une fois identifiés, leur dossier est transmis à cette plateforme d’intervention pour l’accès aux soins. Quatre conseillers y travaillent à plein temps. Leur mission est d’appeler chaque assuré pour les aider à reprendre leur santé en main. Et le plus souvent, la première étape consiste à les informer sur les aides auxquelles ils ont droit pour souscrire à une mutuelle.

Cet accompagnement est entièrement personnalisé. L’assuré est toujours en lien avec le même conseiller qui l’appelle régulièrement ou le reçoit en rendez-vous. Lorsque l’assuré a dû renoncer à se soigner, faute d’argent, des solutions sont trouvées. Les assurés sont aidés jusqu’à leur rendez-vous chez le dentiste ou leur consultation médicale. Un suivi sur mesure qui contraste avec l'image de l'Assurance-maladie souvent vue comme une grosse machine bureaucratique. 

Près de 300 assurés du Val d’Oise ont pu bénéficier de ce dispositif d’aide depuis son lancement en mai 2016. Il va être généralisé à l’ensemble de la France d’ici un an.