Image d'illustration. Crédits Photo : Roman Samborskyi ©Shutterstock
Image d'illustration. Crédits Photo : Roman Samborskyi ©Shutterstock

Une influenceuse condamnée pour la vente de produits censés faire gonfler les fesses

Ces "gonfleurs de fesses" vendus par l’influenceuse contenaient en réalité de la Dexamethasone, un produit utilisée illégalement dans les élevages pour faire grossir les animaux.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Ces dernières années la mode est aux fesses, et pas n’importe lesquelles : des fesses grosses, fermes et rebondies. Kim Kardashian, Kylie Jenner ou encore Nabilla Benattia-Vergara en font la promotion à longueur de post Instagram. Un résultat impressionnant qui, rappelons-le, nécessite souvent le passage par la case chirurgie. 

Alors, en voyant l’engouement suscitée par cette tendance, S., une jeune femme de Seine-Saint-Denis, décide de monter son business. 

Comme le raconte nos confrères du Parisien, qui ont révélé cette affaire, l’influenceuse propose sur les réseaux des "cures" , allant de 75 à 120 euros, avec la promesse de gagner, vite, des kilos dans les fesses (et surtout pas ailleurs). 

A lire aussi : Sport : les exercices pour avoir des fesses fermes et musclées (sans danger)

Un produit dangereux pour la santé

Si le produit semble fonctionner, il n’en est pas moins très dangereux pour la santé. Ces pilules magiques contiennent de la Dexamethasone, une hormone de synthèse qui ne peut être utilisée sans prescription médicale. 

Parfois utilisée (illégalement) dans les élevages pour faire grossir les animaux plus vite, cette hormone est interdite aux sportifs et aux chevaux de course puisqu’elle est considérée comme dopante. 

A lire aussi : Agrandir le pénis : attention aux arnaques !

Interrogé par Le Parisien, le docteur Jean- Michel Cohen, nutritionniste, alerte sur ces produits : "Quand on prend ce genre de substances, on fiche en l’air son système hormonal et on s’expose à de très gros risques pour la santé.

La jeune femme vient d’être condamnée à un an de prison, dont six mois ferme aménageables, pour trafic de psychotrope.