Noyades : la tendance à la baisse se confirme

Le réseau de surveillance OSCOUR a enregistré une diminution de 22% des passages aux urgences à cause de noyades entre le 1er juin et le 4 août 2020.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le
Noyades : la tendance à la baisse se confirme

Près de 130 noyades en moins par rapport à la même période en 2019. Le réseau de surveillance OSCOUR fait état de 596 passages aux urgences pour cause de noyade entre le 1er et le 4 août 2020, contre 723 pour la même période en 2019 et 811 en 2018.

Santé Publique France explique cette baisse significative par la fermeture des piscines jusqu’au 22 juin. En juillet, la faible fréquentation de certaines régions par les touristes étrangers est en cause, puis l’agence pointe des conditions climatiques globalement moins favorables à la baignade au début de la période, malgré un épisode de fortes chaleurs sur la fin juin.

A lire aussi : Moins de noyades pendant le confinement que les années précédentes

Quelques points de vigilance

Pour presque tous les âges et dans toutes les régions, la tendance est à la baisse ou à la stabilité. Toutefois, Santé Publique France signale que 47% des passages aux urgences pour noyades ont concerné des enfants de moins de 6 ans, et 12% des seniors de 65 ans et plus. Cette répartition reste similaire à celle observée les années précédentes.

En Nouvelle-Aquitaine et en la Provence-Alpes-Côte-d’Azur, la baisse est moins marquée. Le réseau OSCOUR a également relevé que certaines régions françaises échappent à la diminution du nombre de noyades. C’est le cas de la Bourgogne-Franche-Comté, des Hauts-de-France, des Pays-de-la-Loire. 

A lire aussi : Noyades : Appel à la vigilance

Eviter une noyade

Apprendre à nager permet d’éviter la plupart des noyades. Selon le baromètre santé 2016 de Santé Publique France, un Français sur 6 ne sait pas nager. Précaution supplémentaire pour les enfants : ils doivent toujours être surveillés de manière permanente et rapprochée par un seul adulte responsable. Le mieux est même de se baigner avec l’enfant.

En tant qu’adulte, tenez compte de votre état de santé. Les ARS ont publié sur Twitter quelques précautions utiles :