1. / Maladies
  2. / Maladies nutritionnelles
  3. / Poids, obésité

Obésité, quel retentissement sur la sexualité ?

La sexualité reste encore taboue en cas de surpoids important et d'obésité. Des difficultés physiques et/ou psychologiques ne sont pas rares, même si elles ne sont pas systématiques.

Rédigé le , mis à jour le

Obésité, quel retentissement sur la sexualité ?
Obésité, quel retentissement sur la sexualité ?

Un impact physique et/ou psychologique

Les préjugés sont légion en matière de sexualité et on ne compte plus le nombre d'idées reçues existantes, plus ou moins consciemment. Deux grands courants se côtoient sur les personnes en surpoids et obèses. Les femmes et les hommes en surpoids sont vus comme gourmands, les rondeurs attestant soi-disant d'un corps aimant les plaisirs de la vie comme ceux de la chair... Toutefois, une personne pourra profiter uniquement de la sensualité de son/sa partenaire, sans vouloir se projeter dans une relation sentimentale, de peur du regard des autres ou des conventions par exemple. A l'inverse de cette idée reçue, certaines personnes estiment que les personnes obèses ne peuvent pas avoir de sexualité ni de vie affective ! Un préjugé terrible dont pâtissent sévèrement les concernés.

Des difficultés physiques et psychologiques

Un surpoids important et a fortiori l'obésité, ont parfois un retentissement physique sur la sexualité par plusieurs biais. Ils majorent le risque de maladies cardio-vasculaires, d'hypertension et de diabète, des affections connues responsables de troubles sexuels, de l'excitation sexuelle (érection et lubrification), ou de l'orgasme. Il est aussi montré que la dysfonction érectile et le déficit androgénique sont liés à l'obésité masculine. De plus, en cas d'obésité notamment sévère, elle est susceptible de compliquer la pénétration en réduisant parfois la diversité des positions et en limitant les mouvements.

L'apparence physique retentit aussi sur le psychisme et le coeur des personnes en surpoids et obèses, qui souffrent fréquemment du regard culpabilisant des autres. Leur estime de soi et leur confiance en soi sont souvent affectées, avec un impact parfois considérable sur la vie sexuelle. Les femmes paient probablement un plus lourd tribut que les hommes en termes d'image de soi, dans une société où trop souvent, la minceur féminine est promue comme attribut de séduction...  

Il est parfois difficile de se sentir attirant(e) et désirable dans une société qui survalorise la silhouette filiforme et sportive ! Se retrouver nu(e), sans la protection des vêtements est chez certain(e)s un véritable cauchemar pour ceux qui rejettent leur corps et en ont honte. Une mauvaise image de soi et un manque d'estime de soi peuvent également entraver l'accès au plaisir Vivre pleinement l'étreinte jusqu'à son apogée nécessite d'être capable de s'y abandonner, ce qui n'est pas simple lorsqu'on assiste au rapport en spectateur, de l'extérieur et en jugeant son corps, ou que l'on est dans le contrôle.

De plus, l'obésité s'accompagne régulièrement de troubles du comportement alimentaire de type compulsions ou boulimie, fréquemment associés à une faible estime de soi et au rejet de son corps. Si la nourriture engloutie offre un réconfort émotionnel comblant temporairement le manque affectif ou l'angoisse, elle contribue à majorer le jugement négatif sur son corps et à entretenir le cercle vicieux des compulsions ou de la boulimie.

Mais quel que soit le poids, une vie sans séduction et désir, sans vie sexuelle ni tendresse, est trop éprouvante. Tout être humain a besoin d'interactions intimes avec un autre être et c'est pour cette raison qu'en parler avec un spécialiste est le premier pas à faire pour y parvenir...

Les moyens d'améliorer la vie sexuelle

Améliorer sa vie sexuelle se fera donc sur plusieurs versants, médicaux et psychologiques. D'après plusieurs études (par exemple, une revue scientifique de Larsen, publiée en 2007 dans l'International Journal of Obesity), la réduction du poids offre un impact positif sur la sexualité, aussi bien chez les hommes que chez les femmes. Si tant est que ce soit un moteur pour les patients et non une énième injonction et pression de la part des professionnels de santé. Sur le plan purement sexuel, les symptômes sexuels sont à aborder chez un médecin sexologue pour faire un bilan et déterminer une origine vasculaire ou hormonale par exemple. Seuls les troubles de l'érection bénéficient d'un traitement par médicament de l'érection ou des injections. La problématique de désir, qui est souvent multifactorielle, nécessite de bien mesurer les tenants et les aboutissants et les médecins sexologues ou psychologues sont les plus habilités à les prendre en charge.

Même en dehors d'une prise en charge ciblée sur l'obésité et la perte de poids, une psychothérapie semble particulièrement intéressante pour renforcer l'image de soi et améliorer l'estime de soi et ces améliorations seront toujours bénéfiques sur le bien-être général mais aussi sexuel.

D'autre part, du fait d'une fréquence inférieure la France a tendance à davantage stigmatiser le surpoids que les Etats-Unis qui arborent des gabarits différents et plus variés. Les réseaux sociaux américains y ont favorisé l'émergence de nouveaux canons de beauté, portés par les mannequins grande taille ou des personnes qui assument pleinement leurs rondeurs. De même, le mouvement body positive enseigne que la beauté et l'attirance prennent de nombreuses formes et il est source d'inspiration réjouissante !

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Sponsorisé par Ligatus