1. / Maladies
  2. / Drogues et addictions
  3. / Tabagisme

Les non-fumeurs victimes du tabagisme "ultra-passif"

Les fumeurs portent sur leur peau, leurs cheveux et leurs vêtements des résidus de fumée qui s’évaporent progressivement dans l’air. Dans les espaces clos, ils exposent les personnes autour d’eux à un tabagisme dit "ultra-passif".

Rédigé le

Les non-fumeurs victimes du tabagisme
Fotolia - Buenaventura13

Après le tabagisme passif, le tabagisme "ultra-passif" ? Les résidus présents dans la fumée de tabac peuvent infiltrer les pièces bien ventilées en se déposant sur les vêtements, la peau et les cheveux des fumeurs, révèlent des chercheurs de l’université de Yale (États-Unis) et de l’institut Max Planck (Allemagne) qui publient une étude dans la revue Science Advances le 4 mars 2020. Les composés s’évaporent ensuite lentement dans le temps, un processus appelé "dégagement gazeux" également responsable de l’odeur de fumée froide que véhiculent les fumeurs.

A lire aussi : Le tabac est aussi néfaste pour les non-fumeurs

L'équivalent d'une à 10 cigarettes dans une salle de cinéma

Problème : ces résidus de fumée, nommés "fumée tertiaire" (thirdhand smoke, en anglais) peuvent occasionner du "tabagisme ultra-passif". Pour savoir comment ces résidus se propageaient dans une pièce ventilée, les chercheurs ont placé un dispositif de prélèvement dans les conduits d’évacuation d’air d’un cinéma en Allemagne où il est interdit de fumer depuis 15 ans.

Ils ont alors pu établir que la "fumée tertiaire" exposait les spectateurs à un "tabagisme ultra passif" équivalent à une à dix cigarettes, selon les substances.

35 produits chimiques dangereux

En effet, les niveaux de 35 produits chimiques liés au tabac  - parmi lesquels des composés potentiellement cancérogènes comme le benzène et le formaldéhyde - ont augmenté lorsque des spectateurs entraient dans le cinéma. Ces tests ont été effectués quatre jours consécutifs.

Les effets étaient particulièrement intenses lors de la projection de films destinés à un public adulte, comme le film Resident Evil. Dans ce cas, les niveaux de "fumée tertiaire" atteignaient des niveaux 200% plus élevés que pendant la projection d’un film familial. Selon les auteurs de l'étude, plus le public des films est âgé, plus les spectateurs ont de chance d'avoir été exposés à de la fumée de tabac  et plus le tabagisme ultra-passif dans la salle est elévé.

Un risque plus élevé dans les expaces confinés

"Nos travaux établissent qu'il y a un dépôt substantiel de composants de « fumée tertiaire » par des personnes au sein d'un vrai environnement intérieur non-fumeur ", déclare Drew Gentner, ingénieur environnemental de l’université de Yale et co-auteur de l’étude dans un communiqué du journal Science Advances.

En somme, cela signifie que les polluants dangereux présents dans la fumée de cigarette font courir un risque aux non-fumeurs, affirment les chercheurs même s’ils n’ont pas encore pu quantifier ce risque.
Et selon eux, l’exposition à la "fumée tertiaire" pourrait être un problème encore plus sérieux dans les espaces confinés et mal ventilés comme les wagons de métro et les pièces de petite taille dans les logements.

Une douche et des vêtements propres, une solution pour éviter le tabagisme "ultra passif"

La seule façon de se prémunir du tabagisme ultra-passif serait d’imaginer que les fumeurs prennent une douche et mettent des vêtements propres avant d’entrer dans un lieu clos. Une idée bien peu réaliste pour Georg Matt, psychologue à l’université de San Diego qui s’exprime dans le communiqué de Science Advances : "La seule solution… est de réduire le taux de tabagisme" conclut-il.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr