1. / Maladies
  2. / Coeur
  3. / Vaisseaux

Démangeaisons de l'anus : faut-il s'inquiéter ?

J'ai des picotements à l'anus depuis plus d'un an. Mon médecin me dit que c'est du prurit anal mais cela m'inquiète.

Rédigé le , mis à jour le

Démangeaisons de l'anus : faut-il s'inquiéter ?

Les réponses avec le Dr Philippe Godeberge, gastro-entérologue, colo-proctologue :

"Lorsque l'on consulte pour une maladie hémorroïdaire, pour une douleur ou pour un prurit, cela intervient souvent après une longue période et donc il y a un retard diagnostique qui est habituel. Et parmi ces douleurs chroniques, il y a des pathologies qu'il faut prendre en charge. Il y a des cancers de l'anus, il y a des fistules très chroniques qui peuvent se cancériser…

"Le diagnostic que tout le monde connaît est le diagnostic d'hémorroïdes. Il y a donc un surdiagnostic surtout en l'absence d'examen clinique, qui conduit à porter le diagnostic de maladie hémorroïdaire alors qu'il s'agit d'autre chose. Il ne faut pas que tout le monde s'inquiète en se disant parce qu'elles se grattent, elles ont un cancer mais il faut consulter et réaliser un examen physique. Et parmi les critères de qualité de la consultation, il y a le fait d'être examiné. Il existe deux stratégies : certaines personnes consultent d'autres professionnels que ceux qu'elles connaissent alors que d'autres ne peuvent faire cet examen qu'avec des personnes qu'elles connaissent et en qui elles ont confiance. Les deux stratégies sont possibles.

"Dans le cas de la démangeaison, le problème n'est pas de dire 'ça me gratte', le problème c'est de savoir pourquoi ça gratte. La démangeaison peut être une maladie en soi. C'est une maladie qui est autonome. Comme on n'en connaît pas la cause, on parle de prurit anal essentiel ce qui veut dire que ça gratte, c'est à l'anus et on ne connaît pas la cause… Il y a une dégradation de la qualité de vie parce que cela se répète.

"Dans la grande majorité des cas, il est vrai que la pathologie la plus courante reste les hémorroïdes mais il en existe d'autres. Les 400 ou 500 colo-proctologues de France ne peuvent pas répondre totalement à la demande. Et le plus souvent, ce sont des douleurs à caractère transitoire. Quand cela dure, et que le médecin traitant ne sait pas ou que le médecin traitant n'examine pas, ce qui devrait devenir de plus en plus rare, dans ce cas il faut d'abord s'adresser à un gastro-entérologue."