1. / Maladies
  2. / Cerveau et neurologie
  3. / Coma

Après 27 ans de "coma éveillé", une femme reprend connaissance

Aucun patient ne se réveille d'un coma "classique" après une telle durée, a néanmoins précisé son médecin traitant.

Rédigé le

Après 27 ans de
En 2018, Mounira Omar s’est finalement réveillée Crédits Photo : © Pixabay / Silas Camargo Silão

L’Emiratie Mounira Omar a 32 ans lorsqu'elle est victime d’un grave accident de la circulation. Alors qu’elle emmène son fils à l’école, le véhicule dans lequel elle est assise est percuté par un bus. Si le petit garçon, Omar, n’a pas gardé de séquelles, Mounira a sombré dans un coma profond. Mais en 2018, elle s’est finalement réveillée, a annoncé Omar le 24 avril. "J'ai toujours cru que l'état de santé de ma mère allait s'améliorer", a déclaré le jeune homme, désormais trentenaire auprès de l'AFP.

La patiente était dans un "état de conscience minimale" peu de temps avant son réveil

Toutefois, l’espoir représenté par ce réveil est à minimiser, prévient le Dr Friedemann Müller, médecin traitant de Mounira Omar. Celui-ci préfère en effet parler de stade intermédiaire de "coma éveillé" plutôt que de coma classique. Selon lui, la patiente se trouvait dans un "état de conscience minimale" peu de temps avant son réveil. Elle pouvait "regarder quelque chose brièvement, et clairement réagir en voyant le visage de son fils", ajoute le médecin. "Dans un « coma éveillé », les patients peuvent ouvrir leurs yeux, mais pas dans un coma [traditionnel]. Aucun patient ne se réveille d'un coma après 27 ans", a expliqué le Dr Müller dans le magazine allemand Der Spiegel.

Il est par ailleurs important de préciser que la sortie du coma de Mounira Omar a été permise par un travail constant du personnel médical l’ayant entourée. La patiente suivait en effet des séances de physiothérapie de manière régulière, et se voyait administrer un traitement contre l'épilepsie.

En ce qui concerne les patients dans un état de "coma éveillé", le Dr Müller conseille donc aux proches "de leur parler encore et encore, de les exposer à de nouveaux stimuli, de les mobiliser et de les observer de près". Mais il n’existe "aucune garantie d'amélioration, surtout en ce qui concerne les lésions cérébrales causées par le manque d'oxygène", a-t-il tempéré. Aujourd'hui âgée de 60 ans, Mounira Omar est dans un état stable. Elle suit un traitement et une physiothérapie aux Emirats arabes unis.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Sponsorisé par Ligatus