Face aux variants, la Belgique met en place de nouvelles restrictions

Bruxelles recommande de réduire drastiquement les déplacements entre les pays membres, y compris pour certains voyages essentiels, afin d'éviter une fermeture des frontières.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le
Drapeaux devant la Commission Européenne.
Drapeaux devant la Commission Européenne.

Face à la menace des nouveaux variants, la Commission européenne a proposé d'ajouter une nouvelle catégorie de zones à la carte sanitaire européenne publiée chaque semaine par l'ECDC, l'agence chargée de la surveillance de l'épidémie. De nouvelles zones "rouge foncé" vont donc apparaître sur ces cartes, pour désigner les zones où le taux d'incidence du Covid-19 est supérieur ou égal à 500 cas pour 100.000 habitants sur 14 jours.

Alors que de plus en plus de pays européens renforcent leurs mesures contre le coronavirus,"il y a un besoin urgent de réduire le risque des infections liées aux voyages, afin d'alléger le fardeau sur des systèmes de santé débordés", a déclaré le commissaire européen Didier Reynders lors d'une conférence de presse. Il a précisé que, selon une simulation, entre "dix et vingt" pays dans l'UE comportent des zones "rouge foncé". 

Des tests pour les déplacements essentiels

L'objectif est de "décourager fortement" les déplacements non essentiels, tout particulièrement vers et depuis ces régions. Pour tenter de coordonner les mesures nationales, Bruxelles préconise que toutes les personnes en provenance de ces régions “rouge foncé” soient soumises à un test avant leur départ et à une quarantaine une fois arrivées à destination.

Les voyageurs en provenance de pays hors de l’Union européenne devront se soumettre à un test PCR 72h avant leur départ, mais les citoyens européens devraient, eux, pouvoir se faire tester à leur arrivée dans l’UE. 

Ces mesures devraient s'appliquer même en cas de voyage essentiel et concerneront donc également les travailleurs du secteur de la santé et les personnes se déplaçant pour des motifs familiaux et professionnels impératifs. Seule une exception est prévue pour les travailleurs du secteur du transport. La Commission souhaite autant que possible maintenir le transport de marchandise au sein de l’UE, notamment grâce à la mise en place de voies réservées. 

Les travailleurs transfrontaliers épargnés

En ce qui concerne les personnes habitant près d'une frontière et fréquemment obligées de la traverser pour des raisons familiales ou professionnelles, la quarantaine ne devrait pas s’appliquer mais des tests seront mis en place en fonction de la situation épidémiologique. Si la situation est la même de part et d'autre d'une frontière, aucun test ne devrait leur être imposé.

Tracing des voyageurs

La Commission travaille également à la mise en place d'un système de tracing des voyageurs européens : un formulaire de localisation des passagers européens pourrait devenir obligatoire. Un tel document, à remplir par les voyageurs pour se déplacer dans l'UE, est déjà en vigueur en Belgique.

Charles Michel, le président du Conseil européen s’est même prononcé en faveur d’un certificat vaccinal reconnu au niveau mondial, un document qui pourrait être un premier pas vers un passeport vaccinal que de nombreux pays demandent déjà. Les recommandations de la Commission sont désormais soumises à la validation du Conseil européen.