COVID-19 : l’épidémie repart à la hausse

Depuis près d’un mois et demi, les contaminations connaissent une nette augmentation, particulièrement chez les jeunes.  

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

La courbe des contaminations est vertigineuse : plus de 6 550 cas fin juillet à près de 28 000 cas mi-août. C’est quatre fois plus de malades en à peine quatre semaines. Selon Arnaud Fontanet, épidémiologiste à l’Institut Pasteur, “ce sont effectivement les jeunes de 15 à 44 ans qui se sont infectés plus que les autres.

Vraisemblablement parce que c’est eux qui à l’occasion de retrouvailles, dans le cadre de fêtes ou simplement de sorties le soir, on va boire un verre, on va au restaurant, se sont infectés. Le fait que les personnes plus âgées ne se soient pas infectées laisse entendre que ces dernières se sont protégées, c’est une bonne nouvelle ! On ne sait pas combien de temps cela va durer et c’est pour ça qu’il faut continuer à contrôler l’épidémie chez les plus jeunes pour que les plus âgés ne soient pas touchés.” 

Réouverture des services de réanimation 

A l’hôpital, là où séjournent les patients graves, 402 malades sont aujourd’hui hospitalisés en réanimation. Pour l’instant, les services ne sont pas saturés. Mais, le Dr Djillali Annane, chef du service réanimation à l’hôpital Raymond Poincaré à Garches, appelle à la vigilance. “On a rouvert une unité dédiée. Au début, il y a une dizaine de jours, on avait dédié trois lits de réanimation sur le total de 15 lits dont on dispose. On a depuis un peu moins d’une semaine, doublé la capacité de cette unité dédiée. On est passé aujourd’hui à 6 lits dédiés. Et vous voyez que sur ces six lits dédiés aujourd’hui 5 sont occupés…” 

Alors en attendant un vaccin permettant de nous immuniser, le port du masque, le lavage des mains et les mesures de distanciation sociale restent indispensables pour enrayer la circulation du virus.